BFMTV

L'Ukraine et la Russie s'accordent sur un retrait des forces dans trois zones disputées d'ici fin mars 2020 

Angela Merkel, Vladimir Poutine et le président ukrainien Volodymyr Zelenski étaient en visite ce lundi à Paris pour une nouvelle réunion au "format Normandie" afin d'envisager une sortie de crise dans l'est de l'Ukraine.

Les présidents russe et ukrainien se sont accordés, ce lundi, pour oeuvrer à des retraits de troupes de trois zones disputées d'ici la fin du mois de mars, à l'issue d'un sommet à Paris en compagnie de leurs homologues français et allemand sur le conflit qui les oppose.

Les parties s'accordent sur "l'objectif de procéder au désengagement des forces et des équipements d'ici à la fin du mois de mars 2020", selon la déclaration conjointe publiée à l'issue du sommet au "format Normandie".

Nouveau sommet en avril 2020

Par ailleurs, Emmanuel Macron a annoncé la tenue d'un nouveau sommet sur la restauration de la paix en Ukraine réunissant l'Ukraine, la Russie, l'Allemagne et la France, (format "Normandie") dans quatre mois.

"Nous avons avancé sur le désengagement, les échanges de prisonniers, le cessez-le-feu et l'évolution politique" et "nous avons demandé pour les quatre mois à venir à nos ministres de travailler (...) en vue d'organiser des élections locales avec l'objectif d'un nouveau sommet dans quatre mois", a déclaré le président français, aux côtés de ses homologues russe, ukrainien et allemande.

Un "pas important" pour la Russie, trop "peu" de résultats pour l'Ukraine

Lors de ce sommet, Vladimir Poutine a salué un "pas important" vers une désescalade et "sans doute" un dégel, ajoutant que "la Russie (allait) faire tout ce qui dépend d'elle pour que le conflit soit terminé".

"Le processus est en train de se développer dans la bonne direction, parce qu'il y a eu des échanges de prisonniers, parce que nous sommes arrivés à un désengagement dans trois points clés et parce que nous nous sommes retrouvés dans ce format Normandie", a-t-il déclaré après ce sommet qui réunissait à Paris ses homologues d'Ukraine, de France et d'Allemagne.

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a jugé que "peu" de résultats avaient été obtenus sur la guerre avec les séparatistes prorusses dans l'Est de l'Ukraine.

"Beaucoup de questions ont été abordées, mes homologues ont dit que c'est un très bon résultat pour une première rencontre. Pour moi, je le dis honnêtement, c'est très peu: je voudrais résoudre un plus grand nombre de problèmes", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue de cette réunion.
Jeanne Bulant avec AFP