BFMTV

Katie Bouman, l'étudiante américaine grâce à laquelle on a pu obtenir la première image d'un trou noir

Katie Bouman découvrant l'image du trou noir.

Katie Bouman découvrant l'image du trou noir. - Capture d'écran Facebook

Mercredi, le monde entier bruissait de la parution de la première image d'un trou noir. Si on se penche sur la genèse de cette prouesse technologique et scientifique, on découvre Katie Bouman. Il y a trois ans, alors qu'elle était une simple étudiante, inscrite au prestigieux MIT de Boston, elle a mis au point un algorithme décisif.

Huit télescopes, 200 chercheurs internationaux... dont une étudiante au rôle décisif. Il y a trois ans en effet, Katie Bouman a mis au point l'algorithme finalement sorti vainqueur de son bras de fer avec les mystères de l'infiniment grand, arrachant une parcelle cruciale de connaissance. Sur son compte Facebook ce mercredi, alors que la première image d'un trou noir s'affichait sur son écran, comme sur ceux de nombreux internautes de par le monde, elle a posté une photo la montrant ébahie, le visage à demi-couvert par ses mains. Un message accompagnait le cliché: "Je regarde incrédule la première image d'un trou noir en cours de reconstitution". 

De l'Indiana à l'espace 

Avant qu'elle n'apporte sa pierre à l'édifice, les télescopes parvenaient déjà à collecter des millions de données en provenance de l'univers mais cette fresque indéchiffrable au commun des mortels manquait de liant. Katie Bouman a alors mis sur pied, comme l'explique ici le site de CNN, un algorithme établissant des codes permettant de donner du sens à ces éléments bruts et à en tirer une image. Elle était alors étudiante en troisième cycle au Massachussetts Institute of Technology, le prestigieux MIT de Boston, où elle était spécialisée en science informatique et intelligence artificielle. 

Sa vocation est née il y a douze ans, signale le média Oakland News. Alors lycéenne à West Lafayette, dans l'Indiana, elle a appris l'existence du programme Event Horizon Telescope, à l'origine de l'opération couronnée de succès ce mercredi. Elle a intégré le MIT après un cursus à l'université du Michigan. Ces trois dernières années, après la conception de son algorithme, elle a supervisé la sélection des paramètres utilisés et a vérifié la validité des images élaborées grâce à lui, ainsi qu'à d'autres formules toutefois. 

Un poste à l'automne 

"Nous avons développé différentes manières de générer des données synthétiques et avons employé différents algorithmes avant de les tester à l'aveugle afin de constater s'il était possible ou non d'en obtenir des images", a tenté de vulgariser l'intéressée auprès de CNN.

Katie Bouman ne s'est pas départie de son humilité au moment d'évoquer sa place dans cet effectif pléthorique: "Personne n'aurait pu y arriver seul. Nous avons réussi à quelque chose grâce à la participation de nombreuses personnes différentes, avec des parcours différents". 

Le sien s'apprête à emprunter un nouveau sillon. A l'automne prochain, elle débutera en tant que professeure assistante au California Institute of Technology. 

Robin Verner