BFMTV

Jérusalem: l'ONU se dit "très inquiète des risques d'une escalade violente"

La mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem.

La mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem. - Ahmad Gharabli - AFP

L'ONU est "particulièrement inquiète des risques d'une escalade violente" après la décision de Donald Trump de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël, a affirmé ce vendredi au Conseil de sécurité Nickolay Mladenov, coordonnateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Proche-Orient.

Un risque de "radicalisme religieux"? 

"Du 6 au 8 décembre" sont annoncés "trois jours de rage", a-t-il ajouté lors d'une liaison vidéo depuis Jérusalem, en mettant en garde contre le risque que cette décision provoque "un radicalisme religieux". 

"Jérusalem est la question la plus complexe" à résoudre dans le conflit israélo-palestinien, a-t-il aussi déclaré, en évoquant le "symbole de la foi chrétienne, juive et musulmane" que cette ville représente. Seule une "négociation entre les deux parties" peut décider de son avenir, a insisté le responsable. Nickolay Mladenov a appelé les dirigeants du monde entier "à montrer de la sagesse" pour ramener le calme dans la région.

La réunion en urgence du Conseil de sécurité, composé de 15 membres, a été demandée par la Suède, la France, l'Italie, le Royaume-Uni, la Bolivie, l'Uruguay, l'Egypte et le Sénégal. Plusieurs de ces Etats considèrent que la décision américaine viole des résolutions de l'ONU. Il s'agit d'une "violation de la légitimité internationale", a souligné l'ambassadeur égyptien, Amr Aboulatta, en évoquant une "ville sous occupation".

A.S. avec AFP