BFMTV

Irak: un kamikaze se fait exploser à Mossoul, 12 morts

Des civils blessés lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser, attendent des secours installés sur le capot d'un véhicule des forces de sécurité irakiennes, le 23 juin 2017 à Mossoul

Des civils blessés lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser, attendent des secours installés sur le capot d'un véhicule des forces de sécurité irakiennes, le 23 juin 2017 à Mossoul - AHMAD AL-RUBAYE, AFP

Infiltré au milieu d'un groupe de civils fuyant les combats, un kamikaze s'est fait exploser tuant au moins 12 personnes à Mossoul.

Au moins 12 personnes ont été tuées vendredi lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser parmi des civils qui fuyaient la vieille ville de Mossoul, où les forces irakiennes reprennent du terrain aux jihadistes, ont indiqué des officiers.

"Nous avons reçu 12 personnes tuées et plus de 20 blessées dans notre hôpital de campagne, y compris des femmes et des enfants", a déclaré à l'AFP Ahmed Hachem, médecin et militaire au sein de l'armée irakienne. Il a précisé que l'attaque avait eu lieu dans le quartier de Machahda, situé dans la vieille ville.

"Le kamikaze s'est infiltré dans un groupe de personnes déplacées et s'est fait exploser parmi elles avant d'atteindre nos troupes", a déclaré un colonel de la 16e division d'infanterie de l'armée.

Des membres des forces de sécurité irakiennes transportent une femme blessée lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser, le 23 juin 2017 à Mossoul
Des membres des forces de sécurité irakiennes transportent une femme blessée lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser, le 23 juin 2017 à Mossoul © AHMAD AL-RUBAYE, AFP

100.000 personnes toujours prises au piège

Il est difficile d'obtenir un bilan définitif du nombre de victimes, a-t-il ajouté, la zone de l'attaque n'étant pas complètement sécurisée.

Des milliers de civils ont fui la vieille ville de Mossoul depuis que les forces irakiennes ont lancé leur assaut contre le dernier carré de Daesh dimanche.

Quelque 100.000 personnes restent prises au piège par les jihadistes qui les utilisent comme boucliers humains alors que les forces irakiennes progressent de jour en jour.

G.D. avec AFP