BFMTV

Inde: les nationalistes hindous de Modi consolident leur emprise sur le pays

Des partisans du BJP, le parti du Premier ministre indien Narendra Modi, fêtent le résultat des votes aux législaties, le 23 mai 2019 à New Delhi

Des partisans du BJP, le parti du Premier ministre indien Narendra Modi, fêtent le résultat des votes aux législaties, le 23 mai 2019 à New Delhi - SAJJAD HUSSAIN, AFP

Victoire écrasante pour le parti du Premier ministre Narendra Modi, à l'issue d'élections historiques qui auront duré six semaines.

Ce jeudi commençait le comptage des voix dans les législatives historiques qui viennent de se dérouler en Inde. Sans grande surprise, le parti du Premier ministre Narendra Modi, le Bharatiya Janata Partye, s'achemine triomphalement vers un deuxième mandat à la tête de l'Inde. Une victoire qui cimente encore davantage la suprématie des nationalistes hindous sur le paysage politique et sociétal du géant d'Asie du Sud.

À 12H00 GMT, le dépouillement des gigantesques élections législatives donnait le BJP vainqueur ou en tête dans 303 circonscriptions, sur 542 sièges de députés à la chambre basse du Parlement, d'après le site de la commission électorale.

Victoire écrasante du BJP

Selon ces résultats encore provisoires, l'hémicycle de la Lok Sabha devrait présenter pour les cinq prochaines années une écrasante dominante safran, la couleur des nationalistes hindous. Le BJP devrait même encore y détenir seul la majorité parlementaire de 272 sièges, une situation peu courante dans un pays plutôt habitué aux larges coalitions.

Avant même les résultats définitifs, les nationalistes hindous ont d'ores et déjà revendiqué la victoire. "Merci l'Inde! La foi placée en notre alliance nous pousse à l'humilité et nous donne la force de travailler encre plus dur pour réaliser les aspirations du peuple", a déclaré Narendra Modi sur Twitter, où il est suivi par 47 millions d'abonnés.

Défaite historique pour la dynastie politique Nehru-Gandhi

Si les tendances du dépouillement se concrétisent, le BJP s'apprête une nouvelle fois à infliger au Congrès l'une des pires défaites de son histoire, après l'humiliation de 2014.

Durant six semaines -réparties entre avril et mai- 67% des 900 millions d'électeurs indiens se sont exprimés pour ces 17e législatives depuis l'indépendance. Un niveau de participation normal pour un scrutin historique: il s'agit du plus grand scrutin jamais organisé dans l'Histoire.

De la Chine à Israël en passant par le Japon ou l'Afghanistan, des messages de félicitations de la communauté internationale parvenaient déjà au Premier ministre avant même l'obtention des résultats définitifs.

Aude Solente avec AFP