BFMTV

Inde: 800.000 personnes évacuées à l'approche du cyclone Fani

Image satellite du cyclone Fani au dessus de la baie du Bengale, fournie le 1er mai 2019 par l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA)

Image satellite du cyclone Fani au dessus de la baie du Bengale, fournie le 1er mai 2019 par l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) - HO, NOAA/AFP

Alors que l'Inde se prépare à être frappée par le cyclone Fani, 800 000 personnes ont été évacuées de régions situées à l'Est du pays.

Près de 800.000 personnes ont été évacuées de régions situées à l'Est de l'Inde avant l'arrivée du cyclone Fani. Son passage devrait être accompagné de fortes précipitations et de rafales dépassant les 200 km/h.

Le service indien de météorologie a dit s'attendre à ce que la tempête touche terre vendredi après-midi dans l'Etat d'Odisha, au sud de Calcutta, et suive une trajectoire traversant des zones peuplées de plus de 100 millions d'habitants.

Un responsable de la protection civile de l'Etat a indiqué à l'AFP que 780.000 personnes avaient été évacuées vers des zones sûres dans la nuit de mercredi à jeudi dans 13 districts de l'Odisha, Etat comptant 46 millions d'habitants et qui sera le plus touché par le cyclone.

"Nous nous attendons à ce que plus d'un million de personnes quittent la zone de danger dans les 12 prochaines heures", a précisé Bishnupada Sethi, commissaire chargé des secours dans l'Odisha.

La plus forte tempête en près de deux décennies

Plus de 3000 centres d'accueil ont été mis en place dans des écoles et des bâtiments publics, prêts à recevoir un million de personnes. Les autorités se tiennent préparées à larguer plus de 100.000 paquets de fruits séchés aux sinistrés.

Jeudi, la tempête, qui est annoncée comme la plus forte en près de deux décennies dans l'Est de l'Inde, était en train de se renforcer au dessus du Golfe du Bengale, à 250 kilomètres des côtes, progressant lentement vers l'ouest.

Le cyclone devrait être accompagné de vents soufflant à 180-190 km/h, avec des rafales à 200 km/h, ce qui en ferait l'équivalent d'un ouragan de catégorie 3 à 4.

Avec AFP