BFMTV

Incendies en Australie: trois graphiques qui montrent à quel point la situation est exceptionnelle

Une photographie prise en Nouvelle-Galles du Sud le 4 janvier 2020.

Une photographie prise en Nouvelle-Galles du Sud le 4 janvier 2020. - SAEED KHAN / AFP

2019 a été l'année la plus chaude et la moins pluvieuse de l'histoire australienne. Des conditions favorables au développement des feux qui sévissent dans le pays.

Depuis septembre 2019, l'Australie est confrontée à des incendies d'une ampleur exceptionnelle, qui ont déjà fait 26 victimes, tué des centaines de millions d'animaux et brûlé plus de huit millions d'hectares à travers le pays. La situation semble hors de contrôle: les flammes continuent de progresser, l'armée a été appelée en renfort, les évacuations se multiplient...

Décembre 2019: le mois de tous les records

L'Australie est pourtant un pays habitué aux feux de forêts. Il suffit de regarder le nombre d'incendies enregistrés ces dernières années pour s'en rendre compte. Jusqu'en novembre, 2019 était plus ou moins dans la moyenne. C'est véritablement en décembre que la situation a commencé à dégénérer comme le montre l'infographie ci-dessous.

Selon les données de la Nasa, plus de 80.000 feux ont été recensés en décembre 2019 contre à peine 30.000 à la même période en 2017 et 2018. En 2014, 2015 et 2016, ce chiffre était encore moins élevé et tournait plutôt autour de 10.000.

2019, année la plus chaude et la plus sèche de l'histoire

Pourquoi une telle explosion? 2019 a été l'année la plus chaude depuis que l'Australie effectue des relevés météorologiques. Des conditions climatiques exceptionnelles qui ont évidemment été favorables à la propagation des feux.

"C'est très difficile d'attribuer un événement particulier aux effets du changement climatique, a déclaré à la BBC Richard Thornton, chef du centre de recherche australien des feux de bush et des catastrophes naturelles. Mais la température moyenne en Australie est en ce moment supérieure d'un degré à la moyenne des dernières décennies."

En moyenne, l'année 2019 a effectivement été 1,52°C plus chaude qu'une année ordinaire en Australie. Le record précédent datait de 2013: l'année avait alors été "seulement" 1,33°C plus chaude qu'une année ordinaire. La journée du 18 décembre 2018 a par exemple été la plus chaude jamais constatée, avec une moyenne nationale des températures maximales estimée à 41,9°C.

A ces températures très élevées, il faut ajouter un climat extrêmement sec: 2019 a été l'année la moins pluvieuse de l'histoire australienne. "Cela modifie les chances de voir quelque chose brûler, puisqu'il fait plus chaud et plus sec qu'au cours d'un été ordinaire en Australie", analysait Peter Thorne, expert en changement climatique à l'Université irlandaise de Maynooth, au Time.

En décembre 2019, selon les données de l'Agence météorologique australienne, il a plu 36 mm de moins que lors d'un mois de décembre normal. Il faut remonter aux années 1970 pour voir de telles sécheresses (30mm en 1972).

Le gouvernement australien mis en cause

Ces conditions météorologiques exceptionnelles ont rendu les feux de forêts beaucoup plus précoces et virulents tout en favorisant leur propagation. Le gouvernement pointe lui du doigt les politiques écologistes qui auraient engendré un mauvais entretien des espaces naturels, propice aux développement des incendies.

Sur la BBC, Glenda Wardle, professeure à l'Université de Sydney, a cependant rappelé qu'il n'y a "pas eu que des feux, mais aussi des inondations, des sécheresses... A chaque fois le gouvernement a eu l'occasion d'agir (...) mais a préféré blâmer une mauvaise gestion des forêts et du bush".

Le Premier ministre climatosceptique Scott Morrisson est de plus en plus critiqué pour sa gestion de la catastrophe. Ses opposants lui reprochent notamment d'avoir "privilégié" le secteur du charbon plutôt que la lutte contre le réchauffement climatique.

Louis Tanca