BFMTV

Gaza: l'ambassadrice d'Israël accuse le Hamas d'être à la manœuvre, une diplomate palestinienne lui répond

Aliza Bin-Noun, ambassadrice d'Israël en France sur notre plateau.

Aliza Bin-Noun, ambassadrice d'Israël en France sur notre plateau. - BFMTV

Aliza Bin-Noun, ambassadrice d'Israël en France, puis Leïla Shahi, ancienne déléguée générale de l'Autorité palestinienne et ex-ambassadrice de Palestine en Union européenne, se sont successivement exprimées sur notre plateau ce lundi soir. Elles réagissaient à la mort d'au moins 55 Palestiniens dans la bande de Gaza sous les tirs israéliens.

Au moins 55 Palestiniens sont morts ce lundi dans la bande de Gaza sous les balles israéliennes au cours de manifestations contre le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem. Invitée sur notre plateau ce lundi soir, l'ambassadrice d'Israël en France, Aliza Bin-Noun, a renvoyé la responsabilité au Hamas. "C’est très simple. Ce sont les dirigeants du Hamas, qui est une organisation terroriste, qui envoient les Gazaouis pour se faire tuer sur la frontière israélienne. Israël a averti et envoyé des documents pour que les Gazaouis ne viennent pas à la frontière et n’essayent pas de la passer pour tuer les Israéliens parce que nous savons très bien de quoi il s’agit lorsqu’ils arrivent à la frontière", a-t-elle dit sans étayer davantage. 

"Il y a des kibboutz à un ou deux kilomètres de là. Ils les incitent à la haine pour dire après : ‘Oh, mais c’est un massacre Israël les a tués’", a-t-elle dit. Elle a encore appuyé sa vision des choses: "Il faut ici voir qui est l’agresseur, qui utilise la violence, qui incite à la haine et à des actions très violentes et qui essaye de calmer la situation." 

"L'agresseur, c'est l'occupant", rétorque une diplomate palestinienne 

Leïla Shahid, qui fut la déléguée générale de l'Autorité palestinienne en France et ex-ambassadrice de Palestine notamment auprès de l'Union européenne, a immédiatement répliqué par téléphone: "Madame Bin-Noun semble penser que Gaza est un territoire israélien et qu’il est occupé par les Palestiniens. C’est le contraire de la réalité. L’agresseur, c’est l’occupant : Israël occupe le territoire de Gaza, comme la Cisjordanie, comme Jérusalem-est, comme le plateau du Golan depuis 51 ans."

Elle a livré son analyse de la situation sur notre antenne:

"Ce qui se passe à Gaza est la révolte d’une jeunesse qui n’est absolument pas organisé par le Hamas, ni par le Fatah de Mahmoud Abbas d’ailleurs. Il est organisé par un mouvement de la société civile qui n’a plus aucun espoir de négociation, aucun espoir de vie décente et se révolte. Vous connaissez beaucoup de gens qui vivent 51 ans sous occupation militaire, assiégés, sans aucun horizon pour leur avenir qui ne se révoltent pas ?"

A ses yeux, les Etats-Unis, par leur décision de déménager leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, se sont durablement discrédités dans la région: "Je ne prends pas très au sérieux ce que dit la présidence de monsieur Trump. Si je devais la prendre au sérieux, aujourd’hui nous serions dans une guerre contre l’Iran, contre l’islam dans le monde entier." Elle a alors conclu: "Les Etats-Unis se sont totalement disqualifiés. Nous attendons de voir la réaction de l’Europe car il s’agit de la paix ou de la guerre dans toute cette région."

Robin Verner