BFMTV

Fusillade de Forest: le récit de l'assaut, minute par minute

Mardi après-midi à Forest, l'une des 19 communes de Bruxelles, une perquisition entrant dans le cadre de l'enquête belge sur les attaques de Paris s'est terminée en fusillade. Un des suspects a été abattu, tandis que quatre policiers ont été blessés.

Il est un peu plus de 15 heures lorsque les premiers coups de feu sont entendus dans la rue du Dries, à Forest, une commune de Bruxelles. Au moins trois policiers fédéraux sont touchés à ce moment-là. Selon plusieurs médias belges, deux hommes ont pris la fuite par le toit d'une habitation. Immédiatement, des membres des forces spéciales belges et un hélicoptère ont été dépêchés sur place.

Une seconde fusillade éclate à 16h30, alors que les forces spéciales tentent une première offensive. Un quatrième policier, membre de l'équipe d'intervention, est alors touché plus grièvement à la tête.

Vers 17h30, le quartier a été bouclé, et le maire de la commune invite chaque habitant "à rester chez soi" pour pouvoir assurer au mieux la sécurité des riverains. Aux alentours du lieu de l'intervention, une école et une crèche ont été sécurisées, avant que l'évacuation de cette dernière ne soit ordonnée aux environs de 18 heures.

Un suspect abattu, deux en fuite

A 18h30, l'assaut des forces spéciales est donné. Un individu équipé d'"une arme de guerre type kalachnikov" est tué, et "son corps a été retrouvé lors de la perquisition". Pour le moment, son identité est encore inconnue. Le parquet fédéral belge a cependant précisé qu'il ne s'agissait pas de Salah Abdeslam. Selon certains médias belges, deux autres suspects auraient pu fuir par les toits.

Aux alentours de 19h30, le parquet belge a confirmé que quatre membres des forces de l'ordre avaient été blessés. Parmi eux, une policière française, qui fait partie d'une équipe envoyée par Paris destinée à participer aux perquisitions aux côtés des forces belges.

Toute la nuit, la police scientifique s'est attelée à la tâche afin de relever chaque indice qui pourrait permettre d'identifier l'homme abattu.

F. H.