BFMTV

Vendetta en Suède: un enfant tué par une grenade

Des agents de la police suédoise à Stockholm (photo d'illustration)

Des agents de la police suédoise à Stockholm (photo d'illustration) - Marcus Ericsson - TT News Agency - AFP

Un enfant a été tué par une grenade lancée dans un appartement, en Suède. Selon la police, il a été victime d'une vengeance.

L'enfant âgé de huit ans dormait dans le séjour d'un appartement de Göteborg, dans le sud de la Suède, quand un inconnu à jeté une grenade à travers la fenêtre. Tué par l'explosion, l'enfant a été victime d'une vendetta, selon la police. L'appartement étant surpeuplé, le bilan aurait pu être bien plus lourd. 

Elle a mis peu de temps à établir le mobile. "L'une des personnes domiciliées à cette adresse" était un homme condamné dans une affaire de règlement de comptes au sein de la communauté somalienne, a-t-elle expliqué. Cette affaire remonte à mars 2015, quand des hommes armés avaient fait irruption dans un pub du même quartier, tuant un homme connu des services de police et une victime innocente.

Des personnes déjà condamnées 

Huit personnes ont été condamnées début août, pour assassinats ou complicité d'assassinats, à des peines allant de sept ans de prison à la perpétuité.

Selon le journal local Göteborgs-Posten qui a longuement enquêté sur ce règlement de comptes, la fusillade avait été l'aboutissement de plusieurs incidents violents entre bandes rivales, sur fond de rivalités entre trafiquants de drogue.

L'insécurité au coeur des débats en Suède

Si la Suède connaît globalement une criminalité relativement faible, les quartiers défavorisés de Stockholm, Göteborg et Malmö ont vu sévir ces dernières années une violence difficile à combattre pour les forces de l'ordre, avec des lancers de grenades ou des coups de feu.

L'affaire illustre une insécurité qui a été l'un des principaux sujets du débat politique de l'été, marqué par une série d'incendies de voitures dans ces mêmes quartiers. L'opposition de centre-droit appelle à l'embauche de 2.000 policiers, tandis que le gouvernement de gauche a présenté une série de mesures de prévention de la criminalité.

M.L. avec AFP