BFMTV

Présidentielle autrichienne: le parti d'extrême-droite FPO reconnaît sa défaite

Le parti d'extrême-droite FPÖ a reconnu sa défaite dimanche. Le candidat écologiste, Alexander Van der Bellen, remporte la présidentielle autrichienne.

Le parti d'extrême droite autrichien (FPÖ), dirigé par Norbert Hofer, a reconnu dimanche sa défaite à la présidentielle. Le candidat apparaissait nettement devancé par son adversaire écologiste libéral Alexander Van der Bellen, au second tour de l'élection, d'après les projections de la télévision publique nationale.

Alexander Van der Bellen, 72 ans, est crédité de 53,6% des voix contre 46,4% à son adversaire de 45 ans, selon ces projections intégrant les votes par correspondance qui ne seront décomptés que lundi.

"Je souhaite féliciter M. Van der Bellen pour son succès et j'appelle tous les Autrichiens à rester solidaires et à travailler ensemble", a déclaré le candidat du parti d'extrême droite (FPÖ) Nobert Hofer, dans un message publié sur Facebook.

"Je serai président", avait-il pourtant assuré avant le vote, certain de ses résultats car bénéficiant dans les jours précédant l'élection de la place de favori.

Un président au rôle protocolaire

Le candidat écologiste, ancien professeur d'université, se présentait sous l'étiquette d'indépendant. D'après les résultats partiels déjà publiés, il enregistre une progression de plusieurs points par rapport au second tour du mois de mai, qu'il avait remporté avec moins de 31.000 voix d'avance mais qui avait été annulé. 

Son adversaire, Norbert Hofer, espérait faire de ce vote un symbole et une nouvelle victoire pour le camp populiste en Europe, six mois après le Brexit. Le parti d'extrême droite entendait conforter son implantation dans le paysage politique autrichien et transformer ainsi ce scrutin en tremplin vers la Chancellerie, le véritable coeur du pouvoir exécutif, en vue des législatives prévues au plus tard en 2018. En Autriche, le rôle du chef de l'Etat est avant tout protocolaire.

C.V. avec AFP