BFMTV

On pourra skier en Suisse, mais pas en France: l'Europe en ordre dispersé pour les vacances de Noël

Skieurs dans la station de Verbier, en Suisse, le 15 novembre 2020

Skieurs dans la station de Verbier, en Suisse, le 15 novembre 2020 - Fabrice COFFRINI / AFP

Si les pistes resteront fermées en Allemagne, en France et probablement en Italie, les skieurs pourront dévaler les pentes suisses et autrichiennes.

À l'approche des vacances de Noël, c'est la quantité de neige qui inquiète habituellement les amateurs de ski. Mais cette année, ils doivent d'abord composer avec l'incertitude planant sur l'ouverture des stations, par crainte d'aggraver l'épidémie de coronavirus.

Entre l'Allemagne qui interdira ses pistes aux skieurs et l'Autriche qui ne veut pas sacrifier son tourisme, la saison de l'or blanc en Europe va démarrer en ordre dispersé. L'Union européenne n'entend en effet pas imposer de règle commune, au grand dam de Berlin qui réclame une interdiction générale jusqu'au 10 janvier.

"La première chose à savoir est que la décision d'autoriser ou non le ski est une compétence nationale. Ce n'est pas une compétence européenne. De toute évidence, il n'y a pas d'approche unique pour la levée graduelle, scientifique et efficace des mesures de confinement", a mis au point un porte-parole de la Commission européenne Stefan de Keersmaecker.  

• En Allemagne, les vacances au ski interdites

En Allemagne, la Bavière a tranché et n'ouvrira pas ses domaines skiables pour la fin d'année, alors que le pays fait face à une augmentation des cas de contaminations.

"Nous devons encore faire des efforts (...) le nombre d'infections quotidiennes se situe encore à un niveau beaucoup trop élevé", a déclaré la chancelière Angela Merkel mercredi soir à l'issue de plus de sept heures de discussions avec les dirigeants des 16 États régionaux allemands.

"Nous ne pouvons tout simplement pas envisager de vacances de ski classiques", a quant à lui estimé le président de la Bavière, Markus Söder. Et gare à ceux qui voudrait traverser la frontière pour dévaler les pentes de l'Autriche voisine. Il leur en coûtera dix jours de quarantaine au retour, même pour une escapade d'une journée.

• En France, les stations accessibles mais sans remontées mécaniques

Raquettes, luge, randonnée, traîneau oui, mais pas de ski alpin: en France, les stations pourront rouvrir durant les fêtes de fin d'année, mais les remontées mécaniques resteront à l'arrêt, a confirmé le Premier ministre Jean Castex jeudi, 48 heures après l'allocution d'Emmanuel Macron qui avait estimé "impossible d'envisager une ouverture pour les fêtes".

Une décision qualifiée "d'aberration" par les professionnels du secteur. Les annulations, s'il n'est pas possible de faire du ski, seront "gigantesques", a prévenu Alexandre Maulin, président de Domaines skiables de France (DSF), opérateur des remontées mécaniques des 250 stations françaises. D'autant que restaurants et bars doivent encore rester fermés jusque mi-janvier au moins.

• En Autriche, les stations prévoient de rouvrir

Bien que l'Autriche soit à nouveau confinée jusqu'au 7 décembre, ses remontées mécaniques prévoient de redémarrer à temps pour Noël. Le pays est la première destination de ski d'Europe et l'une des plus dépendantes du tourisme hivernal.

Une fermeture pour Noël serait "catastrophique non seulement pour nous, mais pour le pays tout entier", a déclaré le député conservateur Franz Hörl, directeur de l'Association des exploitants de remontées mécaniques.

"Nous vivons du tourisme non pas à 100%, mais à 110%", a souligné Andreas Steibl, responsable du tourisme de la station d'Ischgl.

Selon le ministre conservateur des Finances, le maintien à l'arrêt des infrastructures entraînerait une perte de deux milliards d'euros. "Si l'Union européenne veut vraiment cela, alors elle devra payer", a estimé Gernot Blümel, laissant entendre que son pays, où les pentes enneigées de la province du Tyrol attirent à elles seules plus de six millions de touristes, réclamerait des indemnisations.

• En Suisse, certaines stations déjà ouvertes

Certains domaines ont déjà ouvert en Suisse et le pays, qui ne fait pas partie de l'UE, entend combiner protocoles sanitaires et impératifs économiques pour ouvrir ses stations durant les fêtes.

"En Suisse, nous pouvons aller skier, avec des plans de protection", a assuré jeudi le ministre de la Santé, Alain Berset, en soulignant que le gouvernement re-examinerait la situation avant les fêtes de fin d'année.

"En Suisse, le Conseil fédéral, les autorités et l'industrie du tourisme sont convaincus que la voie suisse est pour l'instant la bonne et que la saison d'hiver peut se dérouler en toute sécurité", a ajouté Véronique Kanel, porte-parole de l'office national du tourisme.

• L'Italie et l'Espagne attentistes

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a évoqué cette semaine l'idée d'une coordination avec la France et l'Allemagne en vue d'un "protocole européen commun" sur la saison de ski.

"Il n'est pas possible de permettre des vacances à la neige, nous ne pouvons pas nous le permettre", a-t-il affirmé.

Les principales régions de ski (Piémont, Lombardie ou Haut-Adige) se trouvent actuellement en zone épidémique "rouge" où tous les déplacements en dehors de sa propre commune sont interdits, sauf raisons motivées. La négociation est ouverte entre Rome et ces régions, qui craignent d'importantes conséquences économiques en cas de fermeture prolongée des domaines. La décision officielle devrait être annoncée le 4 décembre.

L'Espagne prévoit pour l'instant d'ouvrir ses stations de ski, mais les conditions restent à définir entre le gouvernement central et les régions, selon le ministre de la Santé, Salvador Illa.

"Pour l'instant, nous prévoyons d'ouvrir le 11 décembre (...) personne ne nous a dit qu'on ne pouvait pas ouvrir", a indiqué une porte-parole du gestionnaire privé de la grande station de Baqueira Beret située dans le Val d'Aran (Catalogne). La station propose toutefois sur son site des assurances en cas d'impossibilité de skier à cause de la pandémie.
Mélanie Rostagnat avec AFP Journaliste BFMTV