BFMTV

Miss Italie: une candidate insultée et menacée pour être venue à un casting avec son bébé

Une candidate à Miss Italie a reçu menaces et insultes pour être venue au concours avec son bébé. (photo d'illustration)

Une candidate à Miss Italie a reçu menaces et insultes pour être venue au concours avec son bébé. (photo d'illustration) - PAU BARRENA / AFP

La jeune femme de 24 ans n'a trouvé personne pour s'occuper de sa fille Chloé, âgée de quelques mois seulement.

"Tu mérites de mourir pour ça". Pour la première étape du concours de Miss Italie à laquelle elle vient de participer, Alessia Spagnulo a défilé comme ses 129 compétitrices en maillot de bain une pièce noire devant un jury réuni à Rome. Mais à la différence des autres jeunes femmes, elle est venue accompagnée de sa fille de six mois à peine, installée dans un porte-bébé contre son ventre. Et comme le rapporte la presse italienne, qui raconte son histoire, cela lui a valu une volée d'insultes et de menaces de mort sur les réseaux sociaux.

"On m'a insultée sur Facebook, on m'a dit que j'étais une exhibitionniste et une mère indigne" a expliqué la jeune femme brune de 24 ans au Corriere Della Sera.
"Quelqu'un a écrit 'tu mérites de mourir pour ça' et un autre m'a dit de m'en tenir à un rôle de femme au foyer", a-t-elle aussi confié au correspondant du Times en Italie. 

Remerciée par son employeur à cause de la grossesse

Certains internautes l'ont également accusée d'avoir utilisé sa fille pour attirer l'attention des jurés. Alessia Spagnulo a expliqué n'avoir trouvé personne à qui confier l'enfant le jour du casting, son compagnon ouvrier et sa mère infirmière travaillant tous les deux.

"Pendant la journée, je n'ai personne pour s'en occuper. Je dois m'organiser même pour les choses les plus banales, comme prendre une douche (...) mais la maternité ne devrait pas bloquer une femme chez elle et lui empêcher de réaliser un rêve. Ma fille vient avec moi, point", a-t-elle décidé, citée par le Corriere. 

Lorsqu'elle est tombée enceinte, elle travaillait en CDD dans un centre commercial, et s'était vu promettre un renouvellement de son contrat. Mais elle raconte avoir été remerciée après avoir annoncé la nouvelle de sa grossesse à son employeur. 

Elle ne voulait pas "cacher" sa fille

Pendant des heures, la jeune femme originaire des Pouilles a donc attendu aux côtés des autres aspirantes Miss dans les couloirs, mais s'est refusée à confier la petite à l'une d'entre elles au moment de passer devant le jury, ne voulant pas la "cacher". "Chloé m'a porté bonheur", a-t-elle estimé, puisqu'elle fait partie des 18 candidates sélectionnées pour la prochaine étape, qui aura lieu ce vendredi dans la capitale italienne. 

"Nous sommes heureux de donner cette possibilité à tout le monde et nous récompensons la beauté et le talent", a fait valoir au Times Patrizia Mirigliani, l'organisatrice du concours. 

Un concours ouvert aux mères depuis 1994

En Italie, le concours national de beauté n'est ouvert aux femmes ayant des enfants que depuis 1994. Comme le rappelle le Corriere, en 1987 Mirca Viola, élue Miss Italie à 19 ans, a été forcée de renoncer à son titre parce qu'elle était mère et mariée. Alessia Spagnulo envisage, en cas de victoire, de lui dédier sa couronne. Dans l'hexagone, le règlement de Miss France réserve le concours aux candidates célibataires et exclut les femmes mariées, divorcées, pacsées ou ayant des enfants. 

Charlie Vandekerkhove