BFMTV

La reine Elizabeth II embarrassée par une possible visite de Trump au Royaume-Uni

Elizabeth II, le 1er novembre 2016.

Elizabeth II, le 1er novembre 2016. - Stefan Wermuth - AFP

Alors que la Première ministre britannique Theresa May a invité Donald Trump à effectuer une visite au Royaume-Uni, Buckingham Palace a montré quelques réticences.

Elizabeth II n'est visiblement pas emballée par la perspective d'une visite de Donald Trump au Royaume-Uni. Selon une lettre signée de l'ancien ambassadeur du pays en France, Peter Ricketts, et publiée mardi dans Times, la reine d'Angleterre n'a pas goûté l'initiative prise par Theresa May lorsqu'elle était en visite à Washington, de rendre la pareille à son hôte, rapporte RTL.

Invitation "prématurée"

La Première ministre n'avait en effet pas consulté Buckingham avant de formuler l'invitation lors de sa conférence de presse commune avec Donald Trump, à la Maison Blanche.

"L'invitation de Donald Trump à effectuer une visite officielle au Royaume-Uni met la reine dans l'embarras", écrit ainsi l'ancien diplomate, expliquant que l'invitation du président américain est "prématurée", et que la méthode n'a pas plu à la reine. 

Pétition en ligne

Outre-Manche, une visite d'Etat implique un cérémonial précis, comprenant notamment un défilé en carrosse avec la reine, un discours au Parlement, et un dîner d'Etat dans les murs de Buckingham. Un protocole et des honneurs que des milliers de Britanniques ne sont visiblement pas prêts à voir être déployés pour Donald Trump.

Une pétition en ligne réclamant que la venue de Donald Trump soit rétrogradée en simple visite officielle, qui ne nécessiterait pas de rencontre avec la reine, a été lancée. "Donald Trump ne devrait pas être invité à faire une visite d'Etat car cela embarrasserait sa majesté la reine", dit ainsi le texte de la pétition. Elle recense déjà plus de 1,7 million de signatures. 

La pétition ayant dépassé les 100.000 signataires, le Parlement britannique devra en débattre. La question de la visite de Donald Trump sera donc au menu du jour des députés le 20 février prochain. Ce même jour, ils débattront d'une autre pétition ayant franchi la barre des 100.000, réclamant à l'inverse la tenue de la visite d'Etat, sera également débattue. 

Adrienne Sigel