BFMTV

Attentat de Londres: "Les musulmans doivent faire plus pour prévenir de telles attaques"

Après un nouvel attentat londonien samedi soir et le très critiqué discours de Theresa May contestant le modèle social communautaire de la société britannique, la communauté musulmane monte au créneau.

Après l'attaque terroriste perpétrée samedi soir à Londres qui a fait au moins sept morts et une cinquantaine de blessés, la communauté musulmane britannique s'est exprimée ce lundi par la voie d'une déclaration lue par le commandant de police, Mak Chishty.

Après que la première ministre Theresa May a remis en cause, dimanche, le "modèle communautaire" de la société britannique, ce qui lui a valu de vives critiques, cette déclaration revêt une forte signification politique. La crainte d'une stigmatisation des musulmans britanniques est évoquée dès le début de la déclaration:

"Cette attaque terroriste est une attaque contre toutes les communautés et aussi la communauté musulmane. A chaque fois qu'une attaque terroriste a lieu, la communauté musulmane doit craindre des attaques dont elle sera l'objet".

"L'extrémisme n'a rien à voir avec l'islam"

Suit une mise au point relative à une séparation nette entre une pratique de l'islam et les "crimes" commis par ceux qui dévoient cette religion.

"La communauté musulmane est bien décidée à lutter contre tous ceux qui abusent de l'islam pour commettre des crimes. Elle fait part de son inquiétude quant au fait que cette attaque qui a été exécutée par trois individus qui ont bien dû s'organiser sans être détectés. Les musulmans sont loyaux à leur pays et c'est pourquoi nous posons des questions pour savoir comment l'extrémisme et la haine ont pu s'enraciner parmi certaines parties de nos communautés. Le terrorisme et l'extrémisme n'ont rien à voir avec l'islam."

Enfin, la communauté musulmane britannique appelle à un renforcement de son propre contrôle pour prévenir les actes terroristes.

"Les musulmans doivent faire plus pour prévenir à l'avenir de telles attaques et nous voulons voir comment nous pouvons nous engager davantage à l'avenir."

David Namias