BFMTV

Attaque d'une mosquée à Londres: Finsbury Park, un quartier symbole du multiculturalisme

Un homme passe devant la mosquée de Finsbury Park, le 19 juin, près de l'endroit où un véhicule a fauché des fidèles.

Un homme passe devant la mosquée de Finsbury Park, le 19 juin, près de l'endroit où un véhicule a fauché des fidèles. - Tolga Akmen - AFP

Le quartier et la mosquée visés par une attaque à la voiture-bélier, dans la nuit de dimanche à lundi, à Londres sont tous deux chargés en symboles.

Une nouvelle attaque à la voiture-bélier a frappé la capitale britannique. Après le coeur névralgique de Londres, Westminster, et le quartier très fréquenté du London Bridge, c'est cette fois-ci Finsbury Park qui a été visé. Ce quartier du nord de Londres, plutôt excentré mais accessible en métro, est connu pour être un symbole du multiculturalisme londonien. 

Dans la nuit de dimanche à lundi, un homme a précipité sa camionnette contre une foule de fidèles sortant d'unemosquée de Finsbury Park, alors que ceux-ci étaient en train de quitter les lieux, peu après minuit, après la prière du soir, très suivie en ce mois de ramadan. L'attaque a fait une dizaine de blessés. Un homme est mort, alors qu'il recevait des soins après un malaise sur place juste avant que la voiture ne fonce dans la foule. La police cherche à établir si son décès est lié ou non à l'attaque. 

Un quartier multiculturel

Le quartier de Finsbury Park, connu pour être le fief de l'équipe de football d'Arsenal, dont les fans arrivent en masse les jours de match, est également célèbre pour sa population très diversifiée, qui reflète son histoire de terre d'accueil pour les migrants arrivant dans la capitale britannique. C'est dans ce quartier que se regroupent notamment les Algériens vivant à Londres, ce qui lui vaut le surnom de "Petite Alger". Dans une histoire plus lointaine, Findsbury Park était le quartier choisi par les migrants irlandais pour poser leurs bagages. 

Comme l'explique le Guardian, le quartier reste un berceau de la classe ouvrière londonienne, malgré quelques tentatives de gentrification avec l'ouverture, ces dernières années, d'un théâtre, et d'enseignes alimentaires branchées. La construction du nouveau stade Emirates Stadium, QG d'Arsenal, inauguré en 2006, a contribué à ce renouveau.

Finsbury est d'ailleurs inclus dans la circonscription d'Islington North, dont le député n'est autre que le leader du Parti travailliste Jeremy Corbyn, qui y est réélu depuis 1983, et l'a été avec une large majorité lors des dernières élections législatives du 8 juin 2017.

Une mosquée longtemps pointée du doigt

Il y a deux mosquées à Finsbury Park, très proches l'une de l'autre. Une rue et 200 mètres les séparent. La première est la mosquée de Finsbury Park, connue dans les années 90 pour avoir abrité des individus radicalisés. La seconde est le Muslim Welfare House: centre social et culturel mais aussi lieu de culte qui propose des cours de langue mais aussi des activités pour les jeunes et du soutien pour les femmes, comme le rapporte The Guardian.

Le Muslim Council, organisation qui chapeaute les institutions musulmanes britanniques, a précisé que l'attaque avait eu lieu devant cette seconde mosquée.

La mosquée de Finsbury Park a longtemps été considérée comme un symbole du "Londonistan", ce surnom donné à la capitale britannique à la fin des années 1990, alors que de nombreux réseaux islamistes jihadistes s'y étaient développés. La mosquée, ouverte en 1994, était connue au début des années 2000, pour être un haut lieu des militants islamistes de Londres qui venaient écouter à partir de 1997 les prêches enflammés de l'imam Abou Hamza, qui prônait l'application stricte de la charia, et encourageait au jihad.

Connu pour avoir des crochets à la place des mains, et un oeil en moins, qu'il affirmait avoir perdus lors de combats en Afghanistan, il avait apporté son soutien à Oussama Ben Laden. 

Démis de ses fonctions d'imam de la mosquée de Finsbury en 2003, Abou Hamza continue cependant ses prêches dans la rue, toujours dans ce quartier. C'est lors d'un de ces prêches qu'il est arrêté, en 2004, puis est extradé aux Etats-Unis en 2012. Il y est condamné en janvier 2015 à la prison à perpétuité en janvier pour onze chefs d'inculpation liés à une prise d'otages et pour terrorisme.

Par ailleurs, plusieurs radicaux islamistes ont fait partie des fidèles de la mosquée de Finsbury, parmi lesquels Richard Reid, ce Britannique qui avait embarqué à bord d'un vol American Airlines reliant Paris à Miami avec des explosifs cachés dans ses chaussures, en décembre 2001, et Zacarias Moussaoui, ce Franco-Marocain condamné en 2006 à la prison à perpétuité pour complicité dans les attentats du 11-Septembre. 

L'Express souligne par ailleurs qu'au moins 35 détenus de Guantanamo sont passés par ce lieu de culte, qui avait fini par être repris en main en 2005 pour en faire un lieu de tolérance et pour mettre fin aux cellules islamistes qui s'y développaient. 

Adrienne Sigel