BFMTV

En Allemagne, toujours pas de gouvernement en vue

Angela Merkel ce jeudi à Berlin.

Angela Merkel ce jeudi à Berlin. - Michael Kappeler - AFP

Angela Merkel reconnaît "des différences profondes" entre libéraux, Verts et conservateurs. En cas d'échec des négociations, de nouvelles élections pourraient avoir lieu.

Toujours pas de fumée blanche en Allemagne. Deux mois après les législatives, aucun compromis n'est en vue pour former un gouvernement entre les libéraux, les conservateurs et les Verts. Il y a "des différences profondes", a admis Angela Merkel. "C'est un travail difficile, très compliqué".

C'est même un euphémisme de dire que l'ambiance est mauvaise: les semaines de consultations ont été entachées de disputes et autres petites phrases assassines entre les représentants des trois partis. Que ce soit la fiscalité, la réforme de l'Union européenne, les objectifs environnementaux ou la politique migratoire, le FDP, les Verts et la CDU d'Angela Merkel ne sont d'accord sur rien, ou presque. "Un ouragan se prépare à s'abattre sur la Jamaïque", a ironisé le vice-président du FDP Wolfgang Kubicki, en référence à la "coalition jamaïcaine" - du nom des couleurs des trois partis. Réponse du représentant écologiste Anton Hofreiter: "les ouragans arrivent lorsqu'on fait si peu pour le climat". Ambiance.

Merkel risque son quatrième mandat

Le problème, c'est que le temps passe. Car Angela Merkel avait fixé au 16 novembre la fin des négociations préliminaires pour aboutir à un accord de principe et former la coalition "jamaïcaine". Les discussions risquent donc de se poursuivre tard dans la nuit. Si elles aboutissent, une nouvelle ronde de négociation sera ouverte en vue d'un "contrat de coalition": le gouvernement formé tâchera alors de se fixer un programme précis pour la fin de l'année.

Si en revanche les négociations n'aboutissaient pas, elles ne seront pas prolongées: "lorsqu'on n'arrive pas à dire au bout de 3 semaines qu'on peut former un gouvernement ensemble, trois jours supplémentaires n'aideront pas", a affirmé Annegret Kramp-Karrenbauer, ministre CDU de la Saare.

Sans majorité alternative au Parlement, l'échec d'Angela Merkel serait retentissant: la chancelière est en effet candidate à un quatrième mandat. Le cas échéant, il est probable que des élections anticipées soient convoquées dans les semaines à venir. Dans un tel scénario, Angela Merkel est loin d'être assurée de rester à la tête de sa famille politique.

Ariane Kujawski