BFMTV

Crash de l'A320: "Ouvre cette foutue porte", a hurlé le pilote à Andreas Lubitz

Andreas Lubitz ne répond à aucun moment à son pilote, selon Bild.

Andreas Lubitz ne répond à aucun moment à son pilote, selon Bild. - Capture d'écran BFMTV

Le quotidien allemand Bild publie dimanche les retranscriptions des dernières minutes des sons à l'intérieur du cockpit du vol Barcelone-Düsseldorf enregistrées par la boîte noire retrouvée sur les lieux du crash.

Ce sont les ultimes conversations entre Andreas Lubitz et le reste de l'équipage. Le quotidien allemand Bild, qui livrait déjà samedi le témoignage de l'ancienne petite amie du copilote, publie ce dimanche les dernières conversations et les derniers sons entendus à bord de l'Airbus A320 de la Germanwings qui s'est écrasé dans les Alpes françaises.

Ces éléments sont issus de la boîte noire qui enregistrait les sons à l'intérieur du cockpit. Le procureur de la République de Marseille avait expliqué jeudi que cet enregistrement montrait que le copilote, Andreas Lubitz, avait verrouillé la porte du cockpit après la sortie momentanée du commandant de bord, avant de déclencher la descente de l'avion vers le sol. 

Lubitz en charge de préparer l'atterrissage

Ces retranscriptions sont glaçantes. Selon Bild, les 20 premières minutes du vol sont l'occasion d'échanges banals entre le pilote et Andreas Lubitz. Il explique notamment à ce dernier qu'il n'a pas eu le temps d'aller aux toilettes au départ, à Barcelone.

A 10h27, le pilote demande à Lubitz de préparer l'atterrissage à Düsseldorf en Allemagne. Ce dernier prononce quelques mots: "J'espère", "On verra". Le pilote sort pour aller aux toilettes, l'appareil perd alors rapidement de l'altitude.

"Ouvre cette foutue porte !"

Quelques minutes plus tard, on entend un "claquement fort", comme si quelqu'un essayait de rentrer dans le cockpit, écrit Bild. Puis la voix du pilote: "Pour l'amour de Dieu, ouvre la porte." En arrière-fond, les passagers installés au premier rang commencent à comprendre la situation et à crier.

Le pilote essaie manifestement d'ouvrir la porte à la hache. Puis crie: "Ouvre cette foutue porte !" Andreas Lubitz ne répondra à aucun moment, sa respiration restant calme jusqu'au moment du crash.

Vers 10h40, l'Airbus touche une montagne, on entend les cris des passagers. Ce sont les derniers bruits sur l'enregistrement, écrit Bild. Aussitôt après, l'appareil percute de plein fouet un versant à 700 km/h et est instantanément pulvérisé avec ses 150 occupants.

Des problèmes de vue évoqués

Samedi, Bild publiait le témoignage de l'ancienne petite amie du copilote. L'hôtesse de l'air de 26 ans révélait les pensées morbides que lui avait confié Andreas Lubitz. Elle assurait également que son ancien compagnon lui avait confié: "Un jour, je vais faire quelque chose qui va changer tout le système, et tout le monde connaîtra mon nom et s'en souviendra".

Un autre journal allemand, Welt am Sonntag, a affirmé que les enquêteurs ont découvert au domicile de Lubitz "de très nombreux médicaments" destinés à soigner des "maladies psychiques". Le jeune homme, "gravement dépressif", aurait souffert d'un stress important et avait été pris en charge par "plusieurs neurologues et psychiatres".

A cet état dépressif, Andreas Lubitz souffrait également de problèmes visuels. Selon Le Figaro, la vue du copilote avait baissé de 30%. L'enquête devra déterminer si ces problèmes étaient de nature organique ou psychosomatique.

J.C avec AFP