BFMTV

Allemagne: une députée d'extrême droite fait polémique après un tweet anti-réfugiés

Beatrix von Storch, députée de l’AfD.

Beatrix von Storch, députée de l’AfD. - Tobias Schwarz - AFP

Une députée du parti AfD s'est insurgée contre la police de Cologne qui publiait un tweet en arabe. Elle fait l'objet de dizaines de plaintes pour haine raciale.

En Allemagne, les responsables du parti d'extrême droite AfD font régulièrement parler d'eux. Dernière en date, Beatrix von Storch: cette députée AfD s'est insurgée sur les réseaux sociaux sur le fait que la ville de Cologne puisse adresser des tweets de prudence et d'information à la population locale en allemand et en arabe, à l'occasion du réveillon de la Saint-Sylvestre.

"Que diable se passe-t-il dans ce pays ? Pourquoi la police publie-t-elle désormais ses messages officiels en arabe? S'adresse-t-elle par ce biais aux hordes d'hommes barbares, musulmans et violeurs pour chercher à les amadouer?", a-t-elle écrit. Une référence explicite aux agressions sexuelles dont avaient été victimes de nombreuses femmes à Cologne lors du Réveillon de la Saint-Sylvestre 2016 de la part de jeunes migrants.

Les responsables de l'AfD crient à la censure

Mais en Allemagne, une nouvelle législation visant à sanctionner plus durement les prises de position considérées comme incitant à la haine sur les réseaux sociaux est entrée en vigueur le 1er janvier. Twitter et Facebook ont donc rapidement retiré le message controversé. Et la police de Cologne, visée par le tweet en question, n'a pas tardé à réagir: un porte-parole a annoncé avoir déposé plainte pour incitation à la haine. Entre temps, près de 90 plaintes ont été déposées par des particuliers, selon le parquet de Cologne.

En colère, Beatrix von Storch évoque "la fin de l'Etat de droit en Allemagne". Les deux responsables de l'AfD, eux, fustigent la "censure" de la nouvelle loi et sa "portée liberticide". "Ces méthodes dignes de la Stasi me rappellent la RDA", a déclaré Alexander Gauland. Le même qui, en septembre dernier, avait fait scandale en demandant en public que soient relativisés les crimes de la Wehrmacht.

A.K. avec AFP