BFMTV

Etats-Unis: un membre du KKK comparaît pour avoir foncé en voiture sur des manifestants

Membres du Ku Klux Klan. (Photo d'illustration)

Membres du Ku Klux Klan. (Photo d'illustration) - William Thomas Cain / Getty Images North America / Getty Images via AFP

Un homme, qui revendique être un des leaders du Ku Klux Klan, célèbre groupe raciste du sud des Etats-Unis, a comparu lundi devant la justice de Virginie. Dimanche, il a foncé en voiture sur des manifestants rassemblés à Richmond pour protester contre les violences policières raciales.

Un homme qui se décrit lui-même comme un "leader" du groupe raciste Ku Klux Klan a comparu lundi devant un tribunal américain pour avoir lancé sa voiture dimanche contre des personnes qui protestaient pacifiquement après la mort de George Floyd, a annoncé la justice. Le crime a été commis du côté de Richmond, en Virginie. 

"Harry H. Rogers, 36 ans, est accusé d'agression et de coups et blessures, de tentative de blessure malveillante et de vandalisme criminel. Des accusations supplémentaires font l'objet d'une enquête", a tweeté Shannon Taylor, la procureure du comté de Henrico, en Virginie.

La mobilisation faisait partie de la vague de manifestations contre la brutalité policière et le racisme qui s'est répandue aux Etats-Unis et dans le monde à la suite du décès de George Floyd. Cet Afro-Américain est mort le 25 mai à Minneapolis lors de son interpellation par un policier blanc, Derek Chauvin, qui a comparu devant la justice lundi, inculpé de meurtre.

Un manifestant blessé

Harry Rogers "de son propre aveu et comme on peut le voir sur les réseaux sociaux, est un leader reconnu du Ku Klux Klan et un propagandiste de l'idéologie confédérée", a ajouté la procureure. "Nous sommes en train d'étudier la question de savoir si des chefs d'inculpation de crimes suscités par la haine sont appropriés".

Des médias américains ont affirmé qu'un manifestant avait été blessé lors de l'attaque. La personne a été examinée sur les lieux par des secouristes et a refusé tout autre traitement.

R.V. avec AFP