BFMTV

Début du pèlerinage annuel de La Mecque

Le grand pèlerinage annuel de La Mecque, qui est l'un des cinq piliers de l'islam, a débuté dimanche en Arabie saoudite, le très conservateur royaume sunnite qui vit sous la crainte d'un attentat d'Al Qaïda malgré les assurances contraires de sa "franchis

Le grand pèlerinage annuel de La Mecque, qui est l'un des cinq piliers de l'islam, a débuté dimanche en Arabie saoudite, le très conservateur royaume sunnite qui vit sous la crainte d'un attentat d'Al Qaïda malgré les assurances contraires de sa "franchis - -

par Ulf Lässing LA MECQUE, Arabie saoudite (Reuters) - Le grand pèlerinage annuel de La Mecque, qui est l'un des cinq piliers de l'islam, a débuté...

par Ulf Lässing

LA MECQUE, Arabie saoudite (Reuters) - Le grand pèlerinage annuel de La Mecque, qui est l'un des cinq piliers de l'islam, a débuté dimanche en Arabie saoudite, le très conservateur royaume sunnite qui vit sous la crainte d'un attentat d'Al Qaïda malgré les assurances contraires de sa "franchise "régionale.

Cinq jours durant, les quelque 2,5 millions de pèlerins attendus du monde entier emprunteront à pied, en voiture ou en autocar le chemin accompli par le prophète Mahomet il y a 14 siècles.

Dimanche, la foule des "hadji" a pris la direction d'un campement situé à quatre km de La Mecque en passant un col menant à la vallée de Mina. Ce trajet, sur les pas du Prophète, représente symboliquement pour les mystiques le voyage vers l'unité divine.

Le "hadj", qui constitue l'une des plus imposantes manifestations religieuses de la planète, a été émaillé lors d'éditions précédentes de toutes sortes de violences - incendies de tentes provoqués par des réchauds déficients, effondrements d'hôtels, heurts avec la police et, surtout, bousculades géantes particulièrement meurtrières.

Le ministre saoudien de l'Intérieur, le prince Nayef ibn Abdoulaziz, a déclaré mercredi ne pas exclure une attaque d'Al Qaïda dans la péninsule Arabique (Aqpa), ajoutant néanmoins que les forces de sécurité du royaume wahhabite étaient parées contre cette éventualité.

Dimanche, Aqpa a répondu à ces craintes en niant nourrir un tel dessein.

"Nous sommes hostiles à tout crime contre les pèlerins", a déclaré Aqpa dans un communiqué mis en ligne sur un site islamiste. "Le 'hadj'est un pilier de l'islam et nous tenons beaucoup (à ne pas répandre) le sang des musulmans, où qu'ils soient. La Mecque est le site le plus sacré qui soit."

NOUVEAU TRAIN POUR TRANSPORTER LES "HADJI"

"Les efforts désespérés de l'Arabie saoudite pour étouffer les moudjahidine les conduisent à fabriquer des mensonges", a commenté Aqpa, citant "les déclarations du ministre de l'Intérieur sur la possibilité d'une action destructrice des moudjahidine contre les pèlerins".

Il y a une semaine, la branche yéménite de la nébuleuse islamiste avait revendiqué l'envoi de deux colis piégés à destination des Etats-Unis, interceptés à Dubaï et en Grande-Bretagne.

Dans son communiqué, le groupe a également condamné la coopération entre services de renseignement saoudiens et américains qui a permis la découverte des colis piégés.

"Ce qui prouve que l'Arabie saoudite coopère et se soumet totalement aux Américains et aux Juifs, c'est qu'elle les a renseignés à propos des colis piégés, qui étaient destinés aux juifs et aux Américains", déclare Aqpa.

L'islam est la religion d'environ un quart environ de l'humanité et le pèlerinage annuel est une obligation, une fois dans sa vie, pour tout musulman qui en a la capacité physique et financière.

Beaucoup attendent ainsi des années avant d'obtenir le précieux visa pour l'Arabie saoudite.

Pour minimiser les risques d'effet de foule et éviter des embouteillages monstres sur les routes, les autorités saoudiennes inaugurent cette année un train de construction chinoise qui fera la tournée des sites religieux du pèlerinage.

Ce projet ferroviaire de 18 km de long et d'un coût de 1,8 milliard de dollars permettra de transporter 180.000 fidèles en 2010. Il fonctionnera cette année à 35% de sa capacité et, de ce fait, ne prendra que des passagers de nationalité saoudienne et du Golfe.

Les autorités saoudiennes, gardiennes de deux des trois lieux les plus saints de l'islam (les mosquées de La Mecque et de Médine), s'efforcent de fluidifier au mieux les déplacements des "hadji".

En 2006, 362 d'entre eux avaient péri victimes de bousculades géantes.

Jean-Stéphane Brosse et Jean-Loup Fiévet pour le service français