BFMTV

Covid-19: comment nos voisins européens se préparent à une campagne de vaccination massive

Photo d'illustration

Photo d'illustration - JOEL SAGET © 2019 AFP

Alors que des laboratoires annoncent des résultats prometteurs à leurs vaccins, plusieurs pays d'Europe ont d'ores et déjà mis en place certaines mesures pour préparer la vaccination de leur population.

Se tenir prêts dès que possible. Plusieurs pays européens anticipent déjà une campagne massive de vaccination et ce, alors qu'aucun vaccin n'a encore passé la phase 3 des essais cliniques.

Une étape primordiale pour que les laboratoires puissent espérer mettre leur produit sur le marché, mais qui n'empêche pas plusieurs États à se préparer, souhaitant immuniser au plus vite leur population au regard de l'urgence de la situation sanitaire.

Des dizaines de milliers de personnels au Royaume-Uni

Chez nos voisins britanniques, la National Health Service (NHS) se prépare à ouvrir des dizaines de centres de vaccination, rapporte The Guardian. Ces centres de vaccination, au nombre de 42 selon le journal britannique, seront répartis un peu partout dans le pays.

Ils seront installés dans de grands espaces comme des centres de conférences ou encore nécessiteront le recrutement de dizaines de milliers de personnes pour les mois à venir. La réquisition de stades, comme le Derby Arena, est également avancée pour accueillir les personnes souhaitant se faire vacciner. Chacun de ces grands centres de vaccination sera capable de traiter entre 2000 et 5000 personnes par jour, selon le Guardian. À cela s'ajoutent environ 1500 autres centres, où chaque médecin généraliste pourra vacciner jusqu'à 500 personnes par jour.

Les catégories de population qui seront vaccinées en priorité seront les personnes à risques, à savoir celles présentant des pathologies graves, et celles âgées de plus de 80 ans.

Six importants centres de vaccination à Berlin

En Allemagne, les autorités ont annoncé la mise en place à partir de décembre de centaines de centres de vaccination dans le pays. Chaque arrondissement aura droit à un à deux centres, ainsi que des équipes mobiles, qui pourront vacciner la population.

Six grands centres doivent voir le jour à Berlin. Plusieurs espaces clos comme des salles d'expositions, désertes depuis le début de la pandémie, devraient être réquisitionnés à cette occasion. Reste une inconnue: la chaîne d'approvisionnement et la logistique pour transporter et distribuer les sérums.

Les Italiens, à l'instar de leurs voisins, ne misent pas sur un seul vaccin et visent à en avoir le plus grand nombre possible. Domenico Arcuri a toutefois avancé la semaine dernière que le vaccin de Pfizer et BioNTech sera sans doute le premier disponible. Le le commissaire du gouvernement italien pour la crise Covid-19 a également indiqué que les premières personnes vaccinées le seront à la fin janvier.

Une grand nombre d'Espagnols vaccinés d'ici l'été 2021

Chez les autorités espagnoles, le Premier ministre Pedro Sanchez a indiqué ce vendredi qu'une partie "très susbstantielle" de la population espagnole sera vaccinée d'ici la fin du premier semestre 2021.

Le chef du gouvernement a fait savoir que cette campagne de vaccination était en préparation depuis septembre. Un plan précis sera présenté à la population mardi prochain à la suite d'un conseil des ministres, tandis qu'un comité sera en charge de déterminer quels publics seront vaccinés en premier. La semaine dernière, le ministre espagnol de la Santé Salvador Illa avait assuré que le vaccin, qui sera administré par les services de santé publique, serait gratuit pour toute la population.

L'agence européenne du médicament comme dernier arbitre

Autant de mesures qui ne prendront véritablement forme que lors de l'autorisation du vaccin, celle-ci relevant de l'EMA pour les trois derniers pays cités. L'Agence européenne du médicament pourrait donner son feu vert dès la deuxième moitié de décembre à deux premiers vaccins, a annoncé jeudi dernier la présidente de la commission européenne Ursula Von der Leyen.

Selon Clément Beaune, le secrétaire d'État français aux affaires européennes, un accord avec le laboratoire Moderna devrait également être conclu "dans quelques jours". Signe que l'Union européenne, qui a jusqu'ici signé cinq contrats pour précommander d'éventuels vaccins, ne compte pas s'arrêter là pour endiguer au plus vite l'épidémie

Hugues Garnier Journaliste BFMTV