BFMTV

Avant les primaires, Clinton tire la première

BFMTV

Avant le premier vote, Barack Obama n’est pas encore une menace prise au sérieux par le camp Clinton. Ce qui n’empêche pas quelques coups tordus.


Décembre 2007 : « Obama, c'est Ben Laden » Dans une Amérique encore puritaine et attachée à ses traditions, le candidat Obama doit faire face dès le mois de décembre 2007 à des attaques liées à sa couleur de peau. En effet, Obama étant afro-américain et ayant grandi une partie de son enfance en Indonésie, les rumeurs sur le fait qu'il soit musulman et qu'il « constitue une menace pour la sécurité des Etats-Unis » fleurissent sur le net. Des rumeurs qui se sont propagées jusque dans le camp Clinton, car Hillary a dû demander la démission de deux coordinateurs bénévoles de l'Iowa, qui tentaient de lier Barack Obama à des djihadistes islamiques.

Décembre 2007 : « Obama est un junkie »
Après sa religion, c'est le passé d'Obama que ses adversaires ont fouillé. En effet, une membre de l'équipe Clinton l'a attaqué sur sa consommation de drogue à l'adolescence. Obama s'est fendu le 15 décembre 2007 d'une conférence de presse durant laquelle il a reconnu « quelques expériences avec la drogue dans le passé » mais a estimé que cela ne remettait pas en cause sa capacité à être président.

Décembre 2007 : « Obama est un débutant »
Toujours mi-décembre, les attaques sur l'inexpérience d'Obama sont venues de Bill Clinton, auxquelles il a répondu en citant les discours de Mr Clinton en 1992, lors de sa première élection. Un rythme « attaque, contre-attaque » s'est ainsi mis en place entre les camps Clinton et Obama.

La rédaction