BFMTV

Attentat à Stockholm: Facebook déclenche son "Safety Check"

Déjà utilisé lors des attaques qui ont touché Paris au mois de novembre dernier, le dispositif permet de signaler à ses amis que l'on est en sécurité alors que l'on se trouve dans une zone de danger

Déjà utilisé lors des attaques qui ont touché Paris au mois de novembre dernier, le dispositif permet de signaler à ses amis que l'on est en sécurité alors que l'on se trouve dans une zone de danger - Capture d'écran BFMTV

Comme pour de nombreux attentats Facebook a activé, vendredi, son "Safety Check". Un système qui permet aux usagers du réseau social de se signaler en sécurité.

Un camion a renversé plusieurs passants dans le centre-ville de Stockholm, vendredi, peu avant 15 heures. Depuis le métro a été entièrement fermé et les services de sécurité suédois ont dénoncé un "attentat".

Il n'en fallait pas plus à Facebook pour déclencher son "Safety Check", un outil qui permet aux internautes d’informer leurs amis qu’ils sont bien en sécurité. Il avait été activé, pour la première fois lors des attentats de Paris, le vendredi 13 novembre 2015. 

Mis en place à Bruxelles, pas à Beyrouth

Cet outil avait été expérimenté lors du tremblement de terre au Népal le 25 avril 2015. Depuis, la fonctionnalité a été utilisée dans de nombreux autres cas d'urgence. Comme lors des inondations en Asie du Sud-Est en décembre 2015 ou encore lors des attentats de Bruxelles le 22 mars 2016. Trois heures après les premières explosions, ce qui avait valu à Facebook une salve de critiques. 

A l'inverse, en novembre 2015, lors d'un attentat au Liban qui avait fait 43 morts, l'outil de Facebook n'avait pas été déclenché. Le fondateur et président de Facebook Mark Zuckerberg avait alors promis que la fonctionnalité serait désormais plus souvent et plus rapidement activée. 

E. H.