BFMTV
en direct

Attaque terroriste à Vienne: les cours facultatifs pour les enfants ce mardi

Plusieurs personnes ont été tuées dans des fusillades ce lundi soir dans le centre de la capitale autrichienne, selon le ministère de l'Intérieur. Au moins un assaillant est en fuite, tandis qu'un autre a été abattu par la police.

L'enseignement facultatif pour les enfants à Vienne ce mardi

En raison de l'attaque terroriste survenue à Vienne lundi soir, la Ville a annoncé sur Twitter que l'enseignement ne serait pas obligatoire pour les enfants au cours de la journée de mardi. Les écoles resteront toutefois ouvertes et accueilleront les enfants des parents qui ne peuvent pas les garder.

Le contrôle aux frontières renforcé, des barrages mis en place à Vienne

Le directeur général de la Sécurité publique, Franz Ruf, a annoncé lors d'une conférence de presse "un renforcement des contrôles aux frontières" et la mise en place de barrages dans la ville de Vienne.

"Au moins un suspect est en fuite"

Un des auteurs des fusillades survenues à Vienne lundi soir est toujours recherché par la police, a déclaré devant la presse le ministre autrichien de l'Intérieur.

Le ministre de l'Intérieur fait état de plusieurs morts

Karl Nehammer a indiqué au cours d'une conférence de presse que "plusieurs" personnes avaient été tuées lundi soir au cours des fusillades survenues à Vienne.

"Une attaque contre nos valeurs européennes", témoigne l'ambassadeur de France en Autriche

"C'est une attaque qui est certainement dirigée (...) contre l'Europe, contre nos valeurs européennes et républicaines", a constaté sur notre antenne l'ambassadeur de France en Autriche, Michael Linhart.

"Nous avions des attaques horribles il y a peu de temps en France, aujourd'hui elles sont en Autriche, et demain elles peuvent être dans n'importe quel pays européen", a-t-il témoigné, affirmant que l'action terroriste était probablement "encore en cours".

Un attentat survenu à la veille du confinement

Les fusillades de Vienne sont survenues à la veille du couvre-feu annoncé samedi par le chancelier autrichien Sebastian Kurz. Les restaurants, hôtels, institutions culturelles et sportives seront fermés pour tenter d'endiguer la deuxième vague d'épidémie de Covid-19. Ces nouvelles mesures doivent entrer en vigueur à partir de mardi.

Le chancelier Kurz annonce un renfort des forces armées

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a annoncé sur Twitter l'intervention des forces armées pour permettre à la police de "se concentrer pleinement sur le combat contre le terrorisme".

Le maire de Vienne dénombre 15 blessés

Selon le maire de Vienne, Michael Ludwig, un assaillant est mort et 15 personnes sont blessées, dont sept dans un état grave.

Le chancelier autrichien condamne une "horrible attaque terroriste"

Le Premier ministre autrichien, Sebastian Kurz, a réagi sur Twitter à la fusillade qui s'est déroulée à Vienne, condamnant une "attaque terroriste hideuse".

La République Tchèque lance des contrôles à ses frontières

Après l'attaque survenue à Vienne, le gouvernement de la République Tchèque, pays limitrophe de l'Autriche, a annoncé qu'elle déclenchait des contrôles à ses frontières.

"La police mène des contrôles des véhicules et des passagers aux postes frontière avec l'Autriche, une mesure préventive à la suite de l'attaque terroriste à Vienne", a indiqué la police tchèque sur Twitter.

Mélenchon exprime sa "fraternité irrépressible" à l'égard des victimes de l'attaque

Plusieurs représentants politiques français ont d'ores et déjà réagi à la violente attaque perpétrée à Vienne. "Les Autrichiens peuvent compter sur nous", a tweeté Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise.

"Fraternité irrépressible avec les juifs d'Autriche et les victimes de l'odieux attentat de #Vienne. Nous, Français, nous ressentons le choc en connaissance de cause", a-t-il écrit.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a quant à elle exprimé son "soutien" à son homologue viennois, Michael Ludwig.

"Notre coopération face à cette barbarie doit être totale. C’est ce que nous sommes qu’ils visent", a écrit Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national.

Le président du Conseil européen condamne un "acte lâche"

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a condamné l'attaque perpétrée à Vienne.

"L'Europe condamne avec force cet acte lâche qui viole la vie et nos valeurs humaines. Mes pensées vont aux victimes et aux habitants de Vienne après l'horrible attaque de ce soir. Nous sommes aux côtés de l'Autriche", a écrit sur Twitter le responsable qui représente les 27.

Emmanuel Macron déclare partager "le choc et la peine du peuple autrichien"

Le président Emmanuel Macron a réagi sur Twitter aux fusillades qui se sont déroulées à Vienne.

"Nous, Français, partageons le choc et la peine du peuple autrichien frappé ce soir par un attentat au cœur de sa capitale, Vienne. Après la France, c’est un pays ami qui est attaqué. C’est notre Europe. Nos ennemis doivent savoir à qui ils ont affaire. Nous ne céderons rien", a écrit le chef de l'État.

Un assaillant tué, un assaillant en fuite

Selon la police viennoise, les premiers tirs ont retentis à partir de 20 heures, heure autrichienne. Il y avait plusieurs assaillants munis d'armes automatiques. Il y a six scènes de crime, un mort, de nombreux blessés graves dont un policiers. L'un des assaillants a été abattu, l'autre est en fuite.

L'attaque est toujours en cours

Le ministère autrichien de l'Intérieur a confirmé que l'attaque a été fomentée par plusieurs auteurs et qu'elle est toujours en cours. Les habitants du centre-ville de Vienne sont appelés à la plus grande prudence et à rester chez eux.

Macron s'est entretenu avec le Premier ministre autrichien

Selon nos informations, le président Emmanuel Macron s'est entretenu avec le Premier ministre autrichien, Sebastian Kurz. L'Elysée surveille de très près la situation à Vienne.

Les autorités évoquent plusieurs assaillants

Les autorités autrichiennes évoquent la présence de plusieurs assaillants dans la fusillade qui a éclaté dans le centre-ville de Vienne. Elles n'excluent pas un scénario dans lequel plusieurs attaques auraient été menées simultanément.

Le policier blessé est mort

L'assaillant toujours en fuite est retranché dans un bâtiment près de l'hôtel Hilton et le scénario d'une prise d'otage a été confirmé par le ministère autrichien de l'Intérieur. Selon l'APA (l'équivalent autrichien de l'AFP), le policier blessé dans l'attaque serait mort.

La piste terroriste pas exclue par le ministère autrichien de l'Intérieur

Selon le ministère de l'Intérieur autrichien, l'attaque qui s'est déroulée près d'une synagogue s'apparente à une attaque terroriste.

"Au moins 50 coups de feu"

Un témoin, interrogé sur une chaîne de télévision autrichienne, a dit avoir vu "courir une personne avec une arme automatique, qui tirait sauvagement".

La police est alors arrivée sur les lieux et a riposté, un autre témoin faisant état "d'au moins 50 coups de feu".

"À ce stade, il n'est pas possible de dire si la synagogue était visée", a réagi sur Twitter Oskar Deutsch, le président de la Commaunauté israélite de Vienne (IKG).

La police viennoise appelle à ne pas diffuser de vidéos sur les réseaux sociaux

La police viennoise a déployé un important dispositif dans le quartier où s'est déroulée la fusillade, à savoir près de la synagogue de Schwedenplatz. Elle a par ailleurs demandé aux habitants de rester chez eux et, surtout, de ne pas diffuser de vidéos sur les réseaux sociaux.

"Des tirs dans le centre-ville - il y a des personnes blessées - ELOIGNEZ-VOUS de tous lieux publics et des transports en commun - ne partagez pas de vidéos ou de photos!", a tweeté la police viennoise.

Une fusillade a éclaté près d'une synagogue

Plusieurs coups de feu ont été tirés lundi soir dans le centre de Vienne, selon la police locale. Les médias locaux évoquent une attaque contre une synagogue.

Un des agresseurs "serait mort, un autre en fuite", a précisé le ministre de l'Intérieur, Karl Nehammer, cité par l'agence de presse autrichienne APA. Selon notre correspondant sur place, un policier a reçu un tir et serait grièvement blessé.

Par BFMTV.com