BFMTV

Vol MH370: ce qu'on sait et ce que l'on ignore

Alors que l'enquête sur la disparition du vol MH370 pourrait connaître un tournant avec les nouveaux éléments obtenus par Paris, de nombreuses questions demeurent, à l'image du débris d'avion retrouvé à La Réunion. Si le Premier ministre malaisien a rapidement affirmé mercredi soir qu'il s'agissait bien de celui du Boeing du vol MH370 de Malaysia Airlines, le procureur français en charge de l'enquête a préféré parler de "fortes présomptions". Mais la raison de l'accident demeure inconnue. Voici ce que l'on sait et ce que l'on ignore encore dans la mystérieuse disparition du MH370.

Ce que l'on sait

227 passagers et 12 membres d'équipage. Le 8 mars 2014, un Boeing 777 de Malaysia Airlines décolle de Kuala Lumpur à 00H41 locales (16H41 GMT) avec 227 passagers, dont 153 Chinois, et douze membres d'équipage en direction de Pékin. L'appareil est piloté par Zaharie Ahmad Shah, 53 ans, un commandant très respecté avec 33 ans d'expérience dans la compagnie nationale de la Malaisie. Son co-pilote est Fariq Abdul Hamid, 27 ans.

Un vol normal jusqu'à 1h19. Juste avant d'entrer dans l'espace aérien du Vietnam, quelqu'un envoie du cockpit un dernier message aux contrôleurs aériens de Malaisie: "Bonsoir, Malaysian 370". Il est 01h19. Vers 01H30, les systèmes de radar, tels que le transpondeur, étaient débranchés. Or, l'appareil figurait encore sur les radars militaires à 02H15, changeant de cap en direction de la Malaisie, puis vers l'océan Indien.

La batterie de la balise de détresse a expiré. Si l'espoir de découvrir ce qui est arrivé au vol MH370 est relancé depuis la découverte d'un débris de l'aile de l'avion, retrouvé sur l'île de La Réunion 16 mois après sa disparition, la batterie de la balise de détresse de l'appareil a toutefois expiré.

  • Ce que l'on ignore encore

Pourquoi l'avion a changé de cap? Nous ne savons toujours pas ce qui a provoqué le brusque changement de cap de l'appareil puisque ni l'équipage, ni les systèmes de radar de l'appareil n'ont donné de signe préalable et que cette nuit-là le temps était au beau fixe.

Est-ce l'un des pilotes qui est à l'origine de l'accident? Zaharie était un militant de l'opposition en Malaisie et Fariq avait laissé entrer des passagers dans le cockpit lors d'un récent vol, en violation des règles en vigueur. Mais rien dans le passé des pilotes laisse penser qu'ils pouvaient être capables d'un meurtre collectif.

Un attentat? Nous ignorons encore s'il a pu s'agir d'un détournement ou d'un attentat commis par un groupe terroriste, puisqu'il n'y a jamais eu de revendication.

Pourquoi les systèmes de radar de l'appareil ont été débranchés et par qui? C'est un acte qui semble avoir été "délibéré" selon la Malaisie.

Où l'appareil s'est-il écrasé? Enfin, nous ignorons toujours où exactement l'appareil s'est écrasé, même si la découverte du débris de l'aile devrait aider à confirmer l'actuelle zone de recherches, notamment via l'aide inattendue de petits crustacés. L'Australie a ainsi assuré dans la nuit être certaine de chercher au bon endroit. Mais nous sommes toujours loin de pouvoir trouver la boîte noire qui permettrait de connaître les causes de l'accident.

S. C. avec AFP