BFMTV
Russie

À l'ONU, Sergueï Lavrov accuse l'Occident d'une russophobie "grotesque"

Le ministre russe des Affaires étrangères s'est exprimé ce samedi à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies.

Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, s'est exprimé ce samedi à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU. Il a vivement critiqué l'attitude des pays occidentaux vis-à-vis de la guerre en Ukraine et de Moscou, et en particulier les Etats-Unis.

"La russophobie officielle en Occident est sans précédent, son ampleur est grotesque. On a plus honte de dire que l'on souhaite faire disparaître la Russie", déplore encore Sergueï Lavrov.

"Ils n'hésitent pas à déclarer leur intention non seulement d'infliger une défaite militaire à notre pays, mais aussi de détruire la Russie", a-t-il ajouté, ironisant sur les condamnations des "référendums" d'annexion en cours dans plusieurs régions d'Ukraine sous contrôle russe, s'en prenant plus directement aux Etats-Unis. Il a également défendu les "référendums" d'annexion, décrivant des populations récupérant "la terre où leurs ancêtres ont vécu pendant des centaines d'années".

"Washington s'est érigé quasiment en envoyé de Dieu sur Terre"

"Les pays occidentaux sont soumis aux Etats-Unis, qui ne respectent pas les processus géopolitiques", a-t-il également lancé. Il a notamment affirmé que "Washington et Bruxelles [avaient] provoqué la guerre contre la Russie.

"En se déclarant victorieux de la Guerre froide, Washington s'est érigé quasiment en envoyé de Dieu sur Terre, sans aucun devoir, mais avec le droit sacré d'agir avec impunité n'importe où et n'importe quand", a-t-il déclaré, estimant que les Américains "(essayaient) de faire de l'ensemble du monde leur arrière-cour".

D'autre part, il a demandé une réforme du conseil de sécurité des Nations unies. Il a proposé d'y intégrer l'Inde et le Brésil, et à "élargir la participation des pays africains".

Quentin Meunier avec AFP