BFMTV

Libérées, les Pussy Riot critiquent le régime russe

Maria Alyokhina, lundi, après sa libération.

Maria Alyokhina, lundi, après sa libération. - -

Deux membres des Pussy Riot ont été remises en liberté lundi. Maria Alekhina a immédiatement dénoncé "une opération de communication" tandis que Nadejda Tolokonnikova s'est félicitée d'avoir vu "cette petite machine totalitaire de l'intérieur".

Trois jours après la libération de Mikhaïl Khodorkovski, de nouvelles opposantes politiques russes, membres des Pussy Riot, ont été libérées lundi matin. C'est d'abord Maria Alekhina qui a retrouvé la liberté en premier puis le mari de Nadejda Tolokonnikova a annoncé la même nouvelle pour son épouse.

Maria Alekhina n'a rien perdu de sa colère: elle a immédiatement dénoncé "une opération de communication" du Kremlin derrière cette amnistie.

Même chose pour Nadejda Tolokonnikova qui a déclaré devant la presse à sa sortie de détention à Krasnoïarsk: "La Russie est construite sur le modèle d'une colonie pénitentiaire et c'est la raison pour laquelle il est si important de changer les colonies pour changer la Russie de l'intérieur". Elle a jugé que le temps qu'elle avait passé en détention n'avait pas été "du temps perdu", et estimé qu'elle avait "grandi" grâce à cette expérience. "J'ai vu cette petite machine totalitaire de l'intérieur", a-t-elle déclaré, promettant de se consacrer à la défense des détenus.

вышла pic.twitter.com/bNHFVS8jYm
— Yury Saprykin (@sapr21) 23 Décembre 2013

Les trois membres des Pussy Riot libérées

Maria Alekhina, 25 ans et Nadejda Tolokonnikova, 24 ans, purgeaient une peine de deux ans de camp notamment pour "hooliganisme", après avoir chanté en février 2012 une "prière punk" contre le président Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou.

Une autre Pussy Riot, Ekaterina Samoutsevitch, condamnée pour les mêmes motifs, a été libérée en octobre 2012, sa peine ayant été commuée en appel en sursis.

Alors que leur peine devait prendre fin en mars 2014, les deux jeunes femmes, toutes deux mères d'un enfant en bas âge, ont été amnistiées la semaine dernière.

A revoir: la vidéo, qui leur a valu d'aller en prison.

K. L. avec AFP