BFMTV

Emeutes: pourquoi la Chine et le Vietnam s'affrontent?

Des manifestants antichinois protestent à Ho-Chi-Minh-Ville, dans le Sud du Vietnam, le 11 mai 2014.

Des manifestants antichinois protestent à Ho-Chi-Minh-Ville, dans le Sud du Vietnam, le 11 mai 2014. - -

Depuis quelques jours, de violentes manifestations anti-chinoises ont lieu au Vietnam. Le déploiement, par Pékin, d'une plateforme pétrolière dans des eaux que se disputent les deux pays a mis le feu aux poudres. Mais les tensions bilatérales courent depuis plusieurs dizaines d'années.

Les violences anti-chinoises d'une ampleur inédite qui agitent le Vietnam risquent de crisper un peu plus les relations déjà tendues entre Hanoï et Pékin. Depuis mardi, des émeutes déclenchées par le déploiement, par la Chine, d'une plateforme pétrolière en mer de Chine méridionale, dans les eaux disputées par le Vietnam et son grand voisin, attisent à nouveau les tensions.

Un Chinois a été tué et une centaine d'autres blessés dans une flambée de violences, qui ont notamment visé des usines chinoises implantées dans des zones industrielles à capitaux étrangers situées dans le sud Vietnam, près de Ho Chi Minh-Ville, avant de s'étendre à d'autres provinces du pays. Pourquoi ces violences soudaines? Quels désaccords opposent le Vietnam à la Chine? BFMTV.com fait le point sur un conflit territorial vieux de plusieurs dizaines d'années.

> Pourquoi les Vietnamiens s'en prennent aux Chinois?

Les tensions de longue date entre Hanoï et Pékin se sont brusquement réveillées au début du mois de mai, lorsque la Chine a annoncé son intention de déployer une plateforme de forage pétrolier dans les eaux contestées de mer de Chine méridionale, au large des îles Paracels. Cet archipel, ainsi que celui des îles Spratleys, supposés riches en pétrole et situés sur d'importantes voies maritimes internationales, sont depuis de longues années au coeur des tensions géopolitiques entre la Chine et le Vietnam, qui en revendiquent tous deux la possession.

La décision de Pékin a été assimilée à une "provocation", par les Etats-Unis. De son côté, le Vietnam a dénoncé une décision "illégale" et exigé que la plateforme soit retirée. Hanoï a également envoyé des navires dans la région et les deux capitales se renvoient la responsabilité de provocations entre leurs navires.

> Un conflit vieux de plusieurs dizaines d'années

Le conflit géopolitique opposant Pékin à Hanoï sur ces petites îles n'a rien de nouveau, bien au contraire. En 1974, alors que les Etats-Unis se retiraient du Vietnam, la Chine avait pris par la force le contrôle des îles Paracels, alors occupées par le Sud-Vietnam. En 1988 vient s'ajouter une autre bataille, pour le contrôle des îles Spratleys, qui a fait quelque 70 morts côté vietnamien.

Entre temps, les deux rivaux se sont déchirés sur un autre front, celui de la guerre sino-vietnamienne, en 1979. Bref -un mois- mais sanglant -plusieurs dizaines de milliers de morts dans chaque camp-, le conflit a éclaté après l'invasion, par la Chine, des provinces du nord du Vietnam. Malgré ces multiples tensions, les deux voisins sont parvenus à normaliser leurs relations en 1991 et de renforcer leurs liens économiques.

> Accusations mutuelles

Les violences de ces derniers jours, déjà historiques compte tenu de leur ampleur inédite depuis des décennies, pourraient être, selon certains experts, encouragées par le gouvernement vietnamien, qui permettrait certaines manifestations afin d'exprimer son extrême mécontentement envers Pékin sur ce dossier pétrolier. Problème: Hanoï pourrait avoir été dépassé par la violence des manifestants, qui ont déjà incendié une dizaine d'usines. De son côté, la Chine n'a pas tardé à accuser le gouvernement vietnamien de "connivence" avec les émeutiers.

Le régime autoritaire à parti unique en place au Vietnam, qui d'ordinaire ne tolère aucune contestation, a promis des "mesures sévères" pour reprendre la situation en main, avant que les incidents n'effrayent les investisseurs étrangers.

|||Deux archipels hautement disputés

Âprement disputées par la Chine, le Vietnam et Taïwan pour l'archipel des Paracels, et par la Chine, Brunei, la Malaisie, les Philippines et le Vietnam pour l'archipel des Spratleys, ces micro-îles situées en mer de Chine méridionale voient les flottes des différents pays en jeu battre pavillons près de leurs côtes. Sans surprise, les provocations sont fréquentes, laissant craindre une escalade. Ainsi, en juin 2011, le Vietnam avait lancé une série d'exercices militaires à tirs réels autour des deux archipels. Et dernièrement, Hanoï a accusé des bateaux chinois d'avoir attaqué des navires de patrouille vietnamiens dans les Paracels.

Adrienne Sigel