BFMTV

Crash en Indonésie: la famille d'une victime poursuit Boeing en justice

Des experts examinant les restes du moteur du Boeing de la compagnie Lion Air.

Des experts examinant les restes du moteur du Boeing de la compagnie Lion Air. - BAY ISMOYO / AFP

La famille d'une victime du crash en Indonésie a annoncé son intention de poursuivre Boeing en justice aux Etats-Unis.

La famille d'une victime de l'accident d'un Boeing 737 de la compagnie indonésienne Lion Air poursuit en justice aux Etats-Unis le constructeur aéronautique pour ne pas avoir informé les compagnies aériennes d'un défaut potentiel sur un nouveau système antidécrochage, a annoncé son avocat.

"Nous avons porté plainte contre Boeing" dans l'Illinois (Etats-Unis) où se trouve le siège du géant de l'aéronautique, "au nom de nos clients, les parents du Dr. Rio Nanda Pratama, qui est mort quand le Boeing 737-MAX 8 s'est abîmé en mer" le 29 octobre, affirme l'avocat Curtis Miner.

Sa fiancée, Intan Syari, 26 ans, était apparue dans la presse après l'accident vêtue de la robe de mariée qu'elle devait porter le jour de ses noces, qui devaient se dérouler dans le jours suivants.

L'accident du vol Lion a fait 189 morts quand le Boeing s'est écrasé dans la mer de Java quelques minutes après son décollage de Jakarta.

Décrochage 

Les moteurs du moyen-courrier 737-MAX sont plus lourds que ceux équipant l'ancienne version du best-seller du constructeur américain. Ce qui a pour conséquence de modifier les conditions dans lesquelles un décrochage de l'avion --une chute brutale-- peut se produire.

Boeing a procédé à des changements dans le système de contrôle de l'appareil sans toutefois en informer les transporteurs aériens et leurs équipages, selon le syndicat américain des pilotes de ligne. Une défaillance d'un capteur d'incidence (AOA, Angle of Attack sensor), qui permet de déceler un risque de décrochage pourrait être à l'origine de l'accident selon le comité de sécurité des transports indonésien.

"Les enquêteurs du gouvernement ne déterminent normalement pas à qui revient la faute et des indemnisations justes ne proviennent pas des investigations gouvernementales", justifie l'avocat dans son communiqué. "C'est le rôle crucial des actions en justice privées dans une tragédie comme celle-ci".
B.L. avec AFP