BFMTV

La Corée du Nord dit avoir testé avec succès un missile intercontinental

-

- - JUNG Yeon-Je / AFP

La Corée du Nord a tiré ce mardi un missile balistique intercontinental qui est tombé en mer du Japon, après avoir atteint une altitude de 2.500 km.

La Corée du Nord a affirmé avoir testé mardi avec succès un missile balistique intercontinental, une étape cruciale vers la réalisation de son objectif qui est de pouvoir menacer les Etats-Unis du feu nucléaire. L'essai "historique" d'un missile Hwasong-14 a été supervisé par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, a ainsi annoncé une présentatrice de la télévision publique nord-coréenne dans un bulletin spécial.

Le missile tiré mardi matin par la Corée du Nord a atteint une altitude de plus de 2.500 km, avait indiqué plus tôt le ministère japonais de la Défense, les analystes suggérant alors que cela pouvait correspondre aux caractéristiques d'un engin balistique intercontinental.

"Il est estimé que le missile a atteint une altitude excédant largement les 2.500 km, a volé pendant 40 minutes et est tombé en mer du Japon, dans la zone économique exclusive de l'archipel, à 900 kilomètres de son point de départ", a détaillé le ministère dans un communiqué.

"Ce type n'a-t-il rien de mieux à faire ?"

Le commandement des forces américaines pour le Pacifique a confirmé lundi que la Corée du Nord venait d'effectuer un nouveau tir de missile et a indiqué qu'il s'agissait d'un missile de portée intermédiaire. "Ce missile s'est abattu en mer du Japon et n'a pas constitué de menace pour l'Amérique du Nord", a indiqué le commandement américain dans un communiqué. "Nous continuons de surveiller de près les actions de la Corée du Nord", a-t-il ajouté.

Selon des experts cités par la chaîne américaine NBC, ce type de missile serait capable d'attendre l'Alaska. 

Donald Trump a rapidement réagi à ce nouveau test de missile nord-coréen, en apostrophant sur Twitter le leader du pays. "Ce type n'a-t-il rien de mieux à faire dans sa vie?" s'est-il interrogé, évoquant sans le nommer Kim Jong-un.

Me.R. avec AFP