BFMTV

La Corée du Nord demande aux ambassades d'évacuer

Le doute continue de planer sur les intentions réelles du régime de Pyongyang

Le doute continue de planer sur les intentions réelles du régime de Pyongyang - -

La tension monte en Corée du Nord et la possibilité d'un conflit existe et, bien que la situation reste calme à Pyongyang selon des diplomates, le régime met en garde les pays étrangers présents sur place.

L'annonce sonne comme une nouvelle menace. La Corée du Nord s'est déclarée vendredi incapable de garantir la sécurité des ambassades étrangères sur son sol à partir du 10 avril en cas de conflit.

La Grande-Bratgne a été la première à réagir et a assuré ne pas avoir "de projet immédiat" d'évacuation de ses ressortissants diplomatiques à Pyongyang. Londres confirme néanmoins consulter "ses partenaires internationaux" sur la situation dans le pays.

Vers 21 heures, Paris a déclaré prendre "la situation au sérieux" et demande "instamment" à Pyongyang "de s'abstenir de toute nouvelle provocation" mais "n'envisage pas" d'évacuer les Français sur place.

"La Russie a pris note"

Plus tôt dans la journée, le porte-parole de l'ambassade russe en Corée du Nord, Denis Samsonov, a annoncé qu'un représentant du régime avait proposé à son pays "d'examiner la question de l'évacuation des collaborateurs de l'ambassade russe".

"La Russie a pris note de cette proposition et pour l'instant nous sommes au stade de la prise de décision", a-t-il poursuivi.

La République tchèque, la Bulgarie ou encore l'Allemagne ont aussi communiqué sur leurs examens de la situation en Corée du Nord. Les chefs de missions diplomatiques des pays de l'Union européenne se réuniront en tout état de cause samedi à Pyongyang pour décider d'une éventuelle action.

La Corée du Nord a transporté un deuxième missile de moyenne portée sur sa côte orientale et l'a hissé sur un lance-missiles mobile, alimentant les craintes d'un tir imminent qui aggraverait une situation déjà explosive.

A LIRE AUSSI:

>> La Corée du Nord installe un 2e missile sur sa côte Est

>> Corée du Nord: Kim Jong-Un, ce dirigeant énigmatique

>> Corée du Nord: la stratégie de la Chine pour amadouer Pyongyang