BFMTV

Corée du Sud: des transfuges nord-coréens exposés à des radiations

Des Nord-Coréens regardent le dirigeant Kim Jong-un s'exprimer à la télévision, le 22 septembre 2017.

Des Nord-Coréens regardent le dirigeant Kim Jong-un s'exprimer à la télévision, le 22 septembre 2017. - Ed JONES / AFP

Selon des analyses menées par des médecins, ces quatre hommes qui ont réussi à passer en Corée du Sud ont été exposés entre mai 2009 et janvier 2013. Ils vivaient près du site d'essai nucléaire de Punggye-ri.

Ils font partie d'un groupe de 30 habitants qui vivait près du site d'essai nucléaire de Punggye-ri, en Corée du Nord. Quatre transfuges nord-coréens présentent des signes d'exposition à des radiations, a annoncé le gouvernement sud-coréen mercredi.

Selon les analyses menées par des médecins, ces quatre hommes qui ont réussi à passer au sud de la péninsule ont été exposés entre mai 2009 et janvier 2013, a précisé le porte-parole du ministère sud-coréen de l'Unification.

Des essais dans les montagnes de Punggye-ri

En onze ans, la Corée du Nord a testé six engins nucléaires depuis des tunnels creusés dans les montagnes de Punggye-ri. Le dernier essai remonte au 3 septembre dernier. Il est le plus puissant réalisé par Pyongyang à ce jour. 

Mais selon un scientifique de l'Institut coréen de recherche sur l'énergie atomique, l'exposition à des radiations peut être causée par de nombreux facteurs. Un lien entre la santé des quatre transfuges et ces essais nucléaires n'est pas prouvé, estime-t-il.

"Syndrome de la montagne fatiguée"

Le test nucléaire du 3 septembre 2017 avait provoqué un séisme d'une magnitude 6,3, faisant craindre un "syndrome de la montagne fatiguée". Soit un site dont la structure géologique a été fragilisée par des explosions nucléaires souterraines.

La déflagration de l'essai nucléaire avait été ressentie jusque dans le nord-est de la Chine. L’Agence de sûreté nucléaire du pays avait annoncé des contrôles de radiation le long de sa frontière avec la Corée du Nord. Avec ce sixième essai nucléaire, Pyongyang s'était attiré les foudres de la communauté internationale.

J.P. avec agences