BFMTV

Un livre révèle l'obsession de Donald Trump pour... les blaireaux

Dans un livre paru récemment aux Etats-Unis, deux journalistes dévoilent l'obsession de Donald Trump pour les blaireaux. Selon l'ouvrage, le président américain mitraillait son ancien chef de cabinet de nombreuses questions sur ces petits animaux sauvages, alors même qu'ils discutaient de sujets de grande importance.

Les blaireaux sont-ils des animaux méchants envers les humains? Cette question, qui pourrait tout droit sortir de la bouche d'un enfant, émane du président des Etats-Unis Donald Trump. Lachlan Markay et Asawin Suebsaeng, deux journalistes du site web américain The Daily Beast, révèlent ainsi dans un livre paru le 11 février outre-Atlantique, l'obsession du milliardaire américain pour ces animaux, rapporte le Guardian.

Un intérêt poussé 

Dans Naufrage dans un marais: comment les larbins de Trump ont empoisonné Washington (Sinking in the Swamp: How Trump's Minions and Misfits Poisoned Washington), les deux hommes expliquent que Donald Trump, au début de sa présidence, avait tendance à questionner sans cesse son ancien chef de cabinet Reince Priebus sur les blaireaux. Il voulait savoir comment ces animaux fonctionnent, quel type de nourriture ils mangent, à quel point ils peuvent être agressifs face à une menace... 

Les interrogations de Donald Trump intervenaient toujours quand Reince Priebus essayait de "briefer le président sur des sujets concernant le système de santé, la politique étrangère, l'agenda législatif républicain...", écrivent les deux journalistes dans leur livre.

Les "garçons blaireaux"

Si l'homme fort des Etats-Unis questionnait Reince Priebus de la sorte, c'est parce que ce dernier vient du Wisconsin, connu pour être "l'Etat des blaireaux" ("Badger state"). Mais si le Wisconsin porte ce nom, ce n'est pas un raison du petit animal sauvage, mais de ses mines.

Au début du 19e siècle, les mineurs de l'Etat vivaient dans les caves qu'ils étaient en train de creuser et avaient hérité du surnom de "garçons blaireaux" ou "blaireaux". Reste à savoir si Donald Trump connaît bien l'histoire de cet Etat du Midwest.

Clément Boutin