BFMTV

Pro-Trump, le New York Post appelle de nouveau à l'interdiction des armes

La Une du New York Post du lundi 5 août 2019

La Une du New York Post du lundi 5 août 2019 - New York Post

Après les fusillades d'El Paso et de Dayton, qui ont fait 29 morts ce week-end, le journal conservateur contrôlé par Rupert Murdoch, proche de Donald Trump, a demandé au président américain d'agir pour interdire certaines armes à feu.

C'est l'un des journaux favoris de Donald Trump. Le président américain a grandi en lisant ses articles et continue de le recevoir, aujourd'hui encore, à la Maison Blanche, selon CNN. Impossible, donc, que le chef d'État ne passe à côté de la Une choc de l'édition de ce lundi 5 août du New York Post. D'autant qu'elle lui est directement adressée.

"Président Trump, l'Amérique a peur et nous avons besoin d'une action courageuse. Il est temps... D'INTERDIRE LES ARMES DE GUERRE", peut-on lire en première page, accompagné d'une photo d'un fusil d'assaut.

À l'intérieur du journal, un éditorial - également disponible en ligne - interpelle le président américain, l'intimant d'agir pour mettre en place un meilleur contrôle des armes à feu pour éviter de nouvelles tueries de masse, similaires à celles qui ont éclaté ce week-end à El Paso, au Texas, et à Dayton, dans l'Ohio.

"À travers le pays, les gens ont peur. Beaucoup ont l'impression que le pays est hors de contrôle. Ils placent leur confiance en leurs leaders plus qu'en leur prières. L'Amérique est terrifiée (...) Président Trump, votre rôle est d'apaiser cette peur. Concernant le contrôle des armes à feu, vous êtes un centriste pragmatique, quelqu'un qui sait qu'il y a une grande majorité d'Américains qui ne sont ni à l'extrême gauche, ni à l'extrême droite sur ce sujet. Ils veulent juste que les massacres s'arrêtent", peut-on lire.

Le journal assure également que comme tout autre droit, le deuxième amendement de la Constitution américaine (qui autorise tout citoyen à porter une arme) peut être restreint. "Trouvez des réponses. Maintenant", poursuit le New York Post à l'attention de Donald Trump. "En commençant par le retour de l'interdiction des armes à feu militaires", ajoute le journal, qui précise que la Court Suprême a reconnu que le second amendement protégeait le droit de posséder une "arme d'usage", ce qui ne couvre pas les semi-automatiques souvent utilisées lors de fusillades.

Un message similaire après Parkland

La position adoptée par le New York Post sur les armes à feu peut sembler surprenante au regard de sa ligne éditoriale très conservatrice et de la proximité entre son propriétaire, le magnat des médias Rupert Murdoch, et le président Donald Trump. Mais ce n'est pas la première fois que le journal appelle à l'interdiction de certains types armes.

Il avait réalisé une Une similaire après la tuerie du lycée de Parkland, qui avait fait 17 morts et 14 blessés en février 2018. "Monsieur le Président, agissez s'il vous plaît. Nous avons besoin d'un contrôle des armes à feu pour stopper ce massacre", l'avait alors prié le New York Post.

Rupert Murdoch en personne avait délivré un message similaire six ans plus tôt, en 2012, après la fusillade qui avait eu lieu dans l'école primaire Sandy Hook de Newtown, dans le Connecticut. Le millionnaire s'était cette fois-ci adressé à Barack Obama.

"Quand les politiciens trouveront-ils le courage de bannir les armes automatiques? (...) Pourquoi pas une action de leadership courageuse ?" s'était-il interrogé dans deux tweet.

À moins d'un an et demi de la prochaine présidentielle et alors que 251 fusillades ont déjà eu lieu depuis le début de l'année 2019 selon le décompte de Gun Violence Archive, les armes à feu devraient être, une nouvelle fois, au centre des débats et des campagnes des prétendants à la Maison Blanche. Du côté démocrate comme républicain.

Juliette Mitoyen