BFMTV

Les conseils de Barack Obama à Kanye West pour réussir en politique

Le président américain est revenu, samedi à San Francisco, sur les ambitions politiques du rappeur Kanye West. Sur le ton de la plaisanterie, Barack Obama a mis en garde la star du hip-hop contre les personnalités qui, au Congrès, "se comportent comme si elles étaient dans une émission de télé-réalité".

Barack Obama a rebondi avec humour samedi aux propos du chanteur Kanye West qui a dévoilé récemment des ambitions politiques. "Vous avez peut-être entendu parler de Kanye qui songe à se présenter au poste de speaker" (président de la Chambre des représentants), a plaisanté le président démocrate à propos de cette élection au Congrès qui déchire ses adversaires républicains. Le favori républicain à ce poste, Kevin McCarthy, a abandonné jeudi à la surprise générale sa candidature, face à l'opposition de l'aile la plus conservatrice du parti.

L'actuel locataire de la Maison Blanche a donc distillé quelques conseils au chanteur qui est non seulement candidat à sa succession mais aussi à Amrerican Idol.

Candidat à l'élection présidentielle de 2020

"Vous devez traiter avec des personnalités étranges qui se comportent comme si elles étaient dans une émission de télé-réalité", a ironisé Barack Obama, qui s'exprimait lors d'une conférence de levée de fonds du Parti démocrate, au cours de laquelle le rappeur a chanté. 

Kanye West, marié à la star de la télé-réalité Kim Kardashian, avait déclaré sur la scène des MTV Video Music Awards fin août qu'il comptait se présenter à l'élection présidentielle de 2020 aux États-Unis.

Barack Obama a souligné que le passé du rappeur - comme lui un afro-américain qui a vécu à Chicago - n'était pas forcément un inconvénient pour devenir président. Et Barack Obama a poursuivi ce parallèle humoristique entre Kanye West et lui.

"Croyez-vous vraiment que ce pays va élire un type noir des quartiers sud de Chicago avec un nom bizarre comme président des États-Unis? C'est dingue", a-t-il lancé sous les applaudissements.

K. L. avec AFP