BFMTV

L'administration Trump envisage de réaliser des tests ADN sur les immigrés clandestins en garde à vue

La frontière américaine avec le Mexique

La frontière américaine avec le Mexique - MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AF

Le service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis pourrait être autorisé à réaliser des tests ADN sur les immigrés clandestins, selon un projet de réglementation obtenu jeudi par BuzzFeed News.

L'administration Trump envisage d'autoriser les membres du service des douanes et de la protection des frontières des Etats-Unis à réaliser des tests ADN sur les immigrés clandestins détenus par le gouvernement, selon un projet de réglementation obtenu par le média américain BuzzFeed News. Ce dernier précise qu'un projet de réglementation n'est pas immédiatement promulgué et requiert une période de consultation de 60 jours. 

Des membres de l'administration Trump estiment que des centaines de milliers de personnes pourraient être testées chaque année si la réglementation, proposée par le département de la Justice des Etats-Unis, est mise en oeuvre. Le département de la Sécurité intérieure des Etats-Unis a précisé à BuzzFeed News "travailler étroitement avec ses collègues de la Justice pour aboutir à la collecte d'ADN". 

Cette nouvelle réglementation servirait, toujours selon des membres de l'administration Trump, à aider les agents frontaliers à mieux évaluer les personnes qui traversent la frontière sans autorisation. Les résultats des tests ADN, entrés dans une base de données nationale, permettraient ainsi de savoir si elles ont des antécédents criminels.

Un test réalisé en mai

D'anciens agents du département de la Sécurité intérieure des Etats-Unis ont assuré à BuzzFeed News que cette collecte d'ADN ne servirait probablement à rien, coûterait cher et forcerait les agents à réaliser un travail qu'ils ne préféreraient pas faire.

"De bien des façons, cela n'est pas nécessaire du point de vue judiciaire", a ajouté John Sandweg, un ancien agent de l'administration Obama qui a travaillé à l'agence fédérale de contrôle de l’immigration américaine. "Je ne comprends pas ce qu'on va en tirer."

En mai dernier, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis, avait lancé un projet pilote, à la frontière sud-ouest, au cours duquel des tests ADN étaient réalisés auprès des immigrés clandestins qu'ils suspectaient de mentir sur leurs liens familiaux.

Clément Boutin