BFMTV

Obama n'enverra pas "de troupes au sol" en Irak

Barack Obama s'est exprimé vendredi sur la crise irakienne.

Barack Obama s'est exprimé vendredi sur la crise irakienne. - -

Lors d'une conférence de presse vendredi, le président américain a assuré que les Etats-Unis n'enverraient pas de troupes au sol en Irak. Il a ajouté étudier d'autres options pour aider le gouvernement irakien.

Face à la crise irakienne, Barack Obama le promet: "les Etats-Unis n'enverront pas d'autres troupes au sol". C'est ce qu'il a annoncé vendredi, lors d'une conférence de presse consacrée à l'Irak. Il a également précisé que les Etats-Unis envisageaient d'autres options pour aider le gouvernement irakien à lutter contre l'offensive jihadiste lancée mardi.

"J'ai demandé à mon équipe de conseillers de sécurité nationale de préparer un éventail d'options pour soutenir les forces de sécurité irakiennes", a-t-il déclaré, tout en soulignant que "sans effort politique, toute action militaire sera vouée à l'échec".

Obama appelle les dirigeants religieux à "régler leurs problèmes"

Barack Obama a averti qu'il ne fallait pas s'attendre à une action américaine "du jour au lendemain" et que le processus de décision et de planification d'une action, quelle qu'elle soit, devrait prendre "plusieurs jours". "Nous voulons être certains d'avoir une bonne compréhension de la situation. Nous voulons nous assurer d'avoir rassemblé les renseignements nécessaires pour que, si je décide d'agir, d'une manière ou d'autre, nos actions soient ciblées, précises et efficaces".

Mais le président américain en a aussi appelé à l'union des leaders religieux irakiens. "Malheureusement, les dirigeants irakiens ont été incapables de surmonter leur méfiance et leurs différences et cela a rendu le gouvernement mais aussi les forces de sécurité vulnérables", a-t-il déploré, tout en affirmant: "c'est aux responsables irakiens de régler leurs problèmes".

Peu avant l'intervention de Barack Obama, le Premier ministre irakien a affirmé que les forces de sécurité avaient commencé à "nettoyer" certaines villes des jihadistes.

A. K.