BFMTV

Guantanamo: six mois de grève de la faim pour les prisonniers

166 personnes sont détenues à Guantanamo.

166 personnes sont détenues à Guantanamo. - -

Cela fait exactement six mois que les prisonniers détenus à Guantanamo sans charge ni procès ont entamé une grève de la faim. Les associations demandent à Barack Obama de tenir sa promesse de fermer la prison.

"Un mouvement sans-précédent par sa durée et sa magnitude." C’est ainsi que le porte-parole de la prison de Guantanamo, le capitaine Robert Durand, a qualifié la grève de la faim entamée voilà maintenant six mois par une partie des détenus.

Située sur une enclave louée à Cuba par les Etats-Unis, elle accueille actuellement 166 prisonniers, emprisonnés dans le cadre de la "guerre contre le terrorisme" que mène l’Amérique depuis 2001.

57 d’entre eux refusent encore de s’alimenter ont affirmé ce mardi les responsables de la prison américaine. Ils prennent en compte les prisonniers refusant d'absorber neuf repas consécutifs.

Le mouvement a démarré le 6 février dernier après la fouille d'un camp qui aurait dégénéré. Selon les prisonniers, les gardiens ont examiné des corans - le livre sacré des musulmans – de manière blasphématoire.

Obama a promis de fermer la prison... en 2009

Selon les avocats des prisonniers, ces derniers dénoncent en réalité, pour la plupart, leur détention illimitée depuis 11 ans, sans inculpation ni procès. Une information confirmée par le porte-parole de la prison : "C'est bien différent des grèves de la faim de 2005 et 2006 où ils parlaient de leurs conditions de détention".

Fin mai, Barack Obama a réitéré sa promesse de fermer la prison. Il a également promis de lever le moratoire sur le transfèrement de 56 détenus yéménites "libérables" et de nommer un envoyé spécial sur les rapatriements. Sur les 166 détenus de la prison, 86 d’entre eux ont en effet obtenu le droit d’être transférés vers leurs pays d’origine.

Mais la déclaration du président américain est à prendre avec des pincettes, puisque la promesse d’Obama date de janvier 2009 relève Amnesty International. L’organisation humanitaire a récemment demandé une enquête sur les traitements infligés aux prisonniers.

Les prisonniers nourris de force

Les détenus en grève de la faim et dont la perte de poids est trop importante sont nourris de force. Ils sont attachés à une chaise et des nutriments sont injectés dans leur estomac par le biais d’un tube inséré par le nez. 41 détenus sont encore alimentés de cette façon, dont un était hospitalisé mardi.

La procédure n’est pas douloureuse affirment les militaires. Une information contredite il y a quelques semaines par le rappeur américain Mos Def, qui avait été filmé en train de la tester.

Le mouvement de grève de la faim semble néanmoins s’essouffler. Il était suivi à son plus fort par 108 détenus. Aujourd’hui, ils ne sont plus "que" par 57 prisonniers: "Je présume que de nombreux hommes ont obtenu ce qu'ils voulaient" assure l’avocat David Remes, qui défend une quinzaine de prisonniers. "La grève a en effet permis d'attirer à nouveau l'attention sur Guantanamo et de pousser le président Obama à l'action."

Le porte-parole de la prison, Robert Durand, acquiesce: "Qu'il s'agisse du discours du président, des déclarations de leurs avocats ou de la nomination d'un nouvel ambassadeur pour recommencer le processus diplomatique, nous pensons que certains pensent avoir atteint leur objectif."

M.K. avec AFP