BFMTV

Etats-Unis: que va dire Obama pour son dernier discours sur l'état de l'Union?

Barack Obama délivre son discours sur l'état de l'Union, le 20 janvier 2015, au Capitole.

Barack Obama délivre son discours sur l'état de l'Union, le 20 janvier 2015, au Capitole. - Nicholas Kamm - AFP

Barack Obama doit délivrer ce mardi soir son dernier discours sur l'état de l'Union, face aux membres du Congrès. Un discours qui devrait poser un regard optimiste sur le bilan de ses sept années passées à la Maison Blanche, et sur les années à venir.

C'est la dernière fois qu'il se prête à l'exercice. Le président américain Barack Obama doit prononcer ce mardi soir son ultime discours sur l'état de l'Union, à 21 heures (3 heures du matin, heure de Paris), au cours duquel il s'attachera à mettre en valeur son bilan général, mais aussi sans doute à livrer sa vision du pays au-delà de 2016. 

Ce rendez-vous annuel du chef d'Etat en exercice face au Congrès réuni au grand complet devrait prendre cette année une saveur toute particulière puisqu'il s'agit de la dernière occasion pour Barack Obama de s'adresser aux Américains en prime time à la télévision, avant que le pays ne bascule dans la campagne électorale jusqu'en novembre prochain. Les primaires pour désigner le candidat des camps démocrate et républicain doivent en effet commencer le 1er février, dans l'Etat-clé de l'Iowa.

Un discours qui se veut optimiste

La Maison-Blanche a promis un discours "non-traditionnel", sans "liste" de priorités, et un ton qui tranchera singulièrement avec celui des débuts. Et pour cette dernière fois, Barack Obama devrait livrer une vision optimiste, à la fois de son bilan des sept années passées à la tête du pays, mais aussi de celles à venir. Une manière pour lui de contraster avec les candidats républicains qui espèrent lui succéder (dont certains seront présents dans l'assistance), accusés de jouer sur les peurs des Américains.

"Je veux insister, au-delà des progrès remarquables que nous avons accomplis, sur ce que nous devons faire ensemble dans les années à venir. Les grandes choses qui garantiront à nos enfants une Amérique encore plus forte et plus prospère", a ainsi expliqué Barack Obama en évoquant ce discours sur lequel il travaille depuis des semaines. 

"Vous allez entendre de la part du président une grande idée, généreuse et optimiste, de l'avenir de l'Amérique", a pour sa part déclaré le chef de cabinet du président américain, Denis McDonough. 

Que va dire Obama? 

Le premier discours sur l'état de l'Union prononcé par Barack Obama, en 2009, avait été marqué par la grave crise économique qui avait frappé le pays l'année précédente. Cette fois-ci, les bons chiffres de l'emploi, avec un chômage à 5%, au plus bas depuis sept ans, devraient être mis en avant.

Les récents succès remportés par le président devraient également faire la tête d'affiche: le rapprochement historique avec Cuba initié il y a un peu plus d'un an, l'accord sur le nucléaire iranien, ou encore l'offensive sur le climat. Barack Obama insistera certainement sur l'encadrement des armes à feu, dont il a fait son chantier prioritaire pour ce début 2016.

Mais il ne pourra pas éviter d'aborder la lutte contre Daesh, alors que les Etats-Unis dirigent la coalition internationale mise en place contre le groupe jihadiste en Irak et en Syrie, et que les Américains redoutent la multiplication des attentats terroristes sur leur sol, après la tuerie de San Bernardino, en Californie. Enfin, Barack Obama devrait aussi replacer au premier plan une promesse de campagne sur laquelle il a jusqu'ici échoué: fermer la prison de Guantanamo

Un réfugié syrien à l'honneur, et un siège vide

Parce que le discours de l'état de l'Union est aussi une affaire de symboles, un réfugié syrien ayant fui les bombardements du régime de Bachar al-Assad fera partie des invités d'honneur installés dans la loge de la Première dame, Michelle Obama.

Un siège y sera aussi laissé vacant pour rendre hommage à tous les Américains morts par armes à feu (plus de 30.000 par an). 

dossier :

Barack Obama

Adrienne Sigel, avec AFP