BFMTV

Attentats de Paris et Bruxelles: les Etats-Unis lancent des sanctions contre Mohamed Abrini

Mohamed Abrini est emprisonné en Belgique.

Mohamed Abrini est emprisonné en Belgique. - Capture BFMTV

Comme Salah Abdeslam depuis avril dernier, Mohamed Abrini, surnommé "l'homme au chapeau" lors des attentats de Bruxelles, figure désormais sur la liste noire de "terroristes internationaux" éditée par les Etats-Unis.

Emprisonné en Belgique, Mohamed Abrini n'échappe pas aux sanctions. Les Etats-Unis ont annoncé ce mercredi avoir inscrit sur la liste noire des "terroristes internationaux". La mesure prise contre le terroriste, impliqué dans les attentats de Bruxelles et de Paris, permet de "faire savoir à l'opinion publique américaine et à la communauté internationale que Mohamed Abrini est activement impliqué dans le terrorisme", a précisé la diplomatie américaine.

Mohamed Abrini, Belgo-marocain de 31 ans, a été arrêté le 9 avril dernier et a été mis en examen et incarcéré en Belgique. Celui qui avait été surnommé "l'homme au chapeau" a reconnu avoir accompagné les deux kamikazes qui se sont fait exploser à l'aéroport de Zaventem le 22 mars causant la mort de 32 personnes. Il a également été filmé en compagnie de Salah Abdeslam la veille des attentats du 13 novembre. Il est également sous le coup d'un transfèrement vers la France. 

Gel des avoirs

Les Etats-Unis, en inscrivant Abrini sur sa liste noire de terroriste étranger, gèle tous ses éventuels avoirs et intérêts sur son territoire et interdit tout ressortissant américain d'entrer en contact avec lui. "L'imposition de sanctions par les Etats-Unis est un puissant instrument contre des terroristes", a fait valoir le département d'Etat, soulignant que Mohamed Abrini est "membre de la cellule basée en Europe du (groupe) Etat islamique en Irak et au Levant", selon l'une des appellations utilisées par Washington pour désigner l'organisation jihadiste. Une décision semblable a été prise à l'encontre de Salah Abdeslam en avril dernier.

En gelant les avoirs des individus présents sur sa liste noire, Washington, qui dispose de tout un arsenal juridique et économique de classification et de sanctions contre des individus et des groupes qualifiés de "terroristes", cherche ainsi à leur couper tout accès au système financier américain et à doper la coopération policière ou juridique entre agences américaines ou avec des gouvernements étrangers. 

J.C. avec AFP