BFMTV

Après des mois d'enquête, l'ancien avocat de Donald Trump va plaider coupable 

Michael Cohen, l'ancien avocat du président américain Donald Trump

Michael Cohen, l'ancien avocat du président américain Donald Trump - Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Michael Cohen a plaidé coupable ce mardi de fraude fiscale et de violation des lois sur le financement des campagnes électorales.

Michael Cohen, ex-avocat personnel de Donald Trump, a accepté mardi de plaider coupable devant un juge de huit chefs d'accusation, dont cinq pour fraude fiscale, un pour fraude bancaire et deux pour violation des lois sur le financement des campagnes électorales.

Interrogé par un juge fédéral de Manhattan, l'ex-avocat et homme d'affaires a indiqué avoir versé des sommes de 130.000 et 150.000 dollars destinées à deux femmes affirmant avoir eu une liaison avec Donald Trump en échange de leur silence, "à la demande du candidat" et "avec l'intention d'influencer l'élection" présidentielle de 2016.

Michael Cohen n'a pas précisé les noms de ces deux femmes, mais les montants correspondent aux versements déjà connus et versés à Stormy Daniels, actrice X qui affirme avoir eu une brève liaison avec Donald Trump en 2006, et à Karen McDougal, une ex-playmate du magazine Playboy qui affirme également avoir eu une liaison avec le milliardaire en 2006-2007. Ces déclarations, qui sous-entendent que le président pourrait avoir commis un délit, ont été immédiatement qualifiées de très graves pour Donald Trump par les commentateurs.

Dix ans au service de Donald Trump

Le coup est d'autant plus spectaculaire qu'il vient d'un ancien fidèle du président. Ce père de famille de 51 ans a en effet rendu durant dix ans des loyaux services à l'ex-magnat de l'immobilier new-yorkais. Loyal au point d'avoir dit un jour qu'il serait prêt à "prendre une balle pour le président". 

Mais Michael Cohen, dont les bureaux ont été perquisitionnés en avril, a ces dernières semaines changé d'avocat et semble désormais prêt à attaquer de front son ancien client. 

Ce rebondissement spectaculaire intervient le jour où un autre proche du président, son ex-chef de campagne Paul Manafort, a été reconnu coupable de huit chefs d'accusation par un jury populaire, après un procès pour fraude bancaire et fiscale.

Mélanie Rostagnat avec AFP