BFMTV

Etats-Unis: une fusillade fait au moins 5 morts dans un journal près de Washington

Une fusillade a fait au moins cinq morts et plusieurs blessés dans la salle de rédaction d'un journal local à Annapolis, à proximité de Washington, ce jeudi. Un homme, suspecté d'être le tireur, est interrogé par la police.

Une fusillade a éclaté dans la salle de rédaction d'un journal à Annapolis, la capitale de l'Etat du Maryland, jeudi. La police a fait état d'au moins cinq morts et plusieurs blessés graves.

"Il y a cinq morts à notre connaissance. Il y a d'autres personnes qui sont gravement blessés", a indiqué à la presse Bill Krampf, le chef par intérim de la police locale.

Intervention de la police en 60 secondes

L'autorité chargée du contrôle des armes à feu (ATF) "répond à une fusillade au Capital Gazette à Annapolis" a écrit sur son compte Twitter cette agence.

Un officier de police local, Ryan Frashure a fait état de plusieurs blessés, mais a refusé d'en dire plus sur le bilan de cette fusillade. Il a simplement estimé qu'il ne s'agirait pas d'un bilan de "tuerie de masse". 

Selon le Baltimore Sun, propriétaire du Capital Gazette depuis 2014, la fusillade a éclaté à 14h40 locales (20h40 en France). 

"Un homme seul s’est présenté et a ouvert le feu sur plusieurs personnes", explique notre correspondant à Washington Jean-Bernard Cadier. "La police dit qu’elle est intervenue et a réagi rapidement, en 60 secondes précisément. Le tireur a ainsi pu être neutralisé et interpellé", poursuit-il. "La police n’a donné aucune indication sur ce que peuvent être les motivations de cet homme".

Même si les motivations de l'homme restent encore floues, "la police de New York a décidé de renforcer la protection autour des médias de New York par mesure de précaution", précise notre correspondant.

Réactions

La Maison Blanche a fait savoir que le président américain Donald Trump avait été informé de la situation à Annapolis, comme il est d'usage lors de grosses fusillades.

"Nos pensées et nos prières accompagnent ceux qui ont été touchés", a déclaré, en reprenant la formule d'usage, Lindsay Walters, l'une des porte-parole de l'exécutif américain.

Harry Logan, le gouverneur du Maryland, a réagi en se disant "totalement dévasté par cette tragédie".

Céline Penicaud avec Jean-Bernard Cadier et AFP