BFMTV

Brésil: Dilma Rousseff accuse son vice-président de "trahison"

BFMTV

La présidente brésilienne Dilma Rousseff a accusé mardi de "trahison" son vice-président Michel Temer, qui a fait fuiter lundi l'enregistrement d'un discours préparé au cas où il succèderait à la dirigeante de gauche menacée de destitution au Parlement.

"Nous vivons des moments étranges de coup d'Etat, de farce et de trahison" a déclaré Dilma Rousseff à Brasilia, qualifiant sans le nommer Michel Temer de "chef conspirateur".

Dans le discours, ce discret homme d'appareil qui ne cache plus ses ambitions avance que sa "grande mission désormais est d'apaiser le pays, d'unifier le pays". Michel Temer y appelle tous les partis à travailler ensemble "pour sortir le pays de la crise" économique et politique dans laquelle le géant émergent d'Amérique latine est profondément englué.

Accusée de maquillage des comptes publics par l'opposition de droite, Dilma Rousseff se défend d'avoir commis aucun "crime de responsabilité" susceptible de motiver sa destitution. Elle se dit victime d'une tentative de "coup d'Etat" institutionnel instrumentalisée par une opposition revancharde n'ayant pas digéré sa défaite électorale à la présidentielle de 2014.

Une commission parlementaire a approuvé lundi un rapport non contraignant préconisant aux députés de voter la poursuite du processus de destitution de Dilma Rousseff devant le Sénat.

V.R. avec AFP