BFMTV
International

Alpes italiennes : 5 morts et un « miraculé »

-

- - -

Cinq alpinistes français sont morts dans les Alpes italiennes, emportés par une coulée de neige, alors que leur guide a survécu.

Les corps des 5 alpinistes français tués par une coulée de neige dans les Alpes italiennes devraient être rapatriés en fin de journée ce vendredi vers la France. Les victimes, quatre hommes et une femme gés de 38 à 60 ans sont originaires de diverses régions de France.

Une enquête a été ouverte sur les causes de l'accident, confiée au substitut du procureur d'Ivrea, au nord de Turin. Le drame s'est produit par mauvais temps mercredi à 3 300 mètres d'altitude dans le massif du Grand Paradis. Selon les témoignages des sauveteurs, les alpinistes ont été victimes de l'effondrement d'un pont de neige sur lequel ils s'étaient engagés par mauvais temps et dans un épais brouillard qui rendait l'orientation difficile.

Les familles des 5 victimes françaises arriveront pour la plupart aujourd'hui à l'hôpital civil de Cuorgné, dans la province de Turin où des médecins légistes italiens sont également attendus pour constater officiellement le décès des 5 alpinistes et ainsi permettre à leurs proches de rapatrier les corps en France.

Le guide, Olivier Etienne, seul rescapé de cette coulée ce neige, restera aujourd'hui à l'hôpital d'Aoste. C'est un « véritable miraculé », estiment les secouristes. Ce guide de 45 ans était rattachée à la même cordée que ses clients et a donc effectué avec eux une chute de 150 mètres. Il souffre selon ses collègues guides de haute montagne d'un gros traumatisme et de multiples fractures.

Françoise Gendarme, présidente du SNGM (Syndicat National des Guides de Montagne), connaît Olivier Etienne, le guide rescapé de cette avalanche. Elle a pu lui parler hier et il lui a « confié qu'il avait été emporté par une coulée de neige, qui leur a fait sauter une barre rocheuse. Il ne m'a pas donné les détails, mais il était en cordée avec ses clients et ils ont été balayés. D'après les secouristes, il est vraiment miraculé. Malheureusement, ses clients n'ont pas eu cette chance ».

Elle connait également bien ce secteur du Grand Paradis, où sont morts les 5 alpinistes. Elle est surprise qu'un tel drame ait pu se produite sur cet itinéraire car « c'est un secteur de transition entre deux refuges et c'est un itinéraire tout à fait classique. Beaucoup d'alpinistes l'empruntent chaque année, notamment à cette période de printemps ».

La rédaction et Florent Germain