BFMTV

Air France accroît la capacité de ses vols vers Tokyo

Air France renforce à partir de ce mardi les capacités de ses deux vols quotidiens Paris-Tokyo.

Air France renforce à partir de ce mardi les capacités de ses deux vols quotidiens Paris-Tokyo. - -

PARIS/FRANCFORT (Reuters) - Air France a renforcé mardi les capacités de ses deux vols quotidiens Paris-Tokyo, cependant que Lufthansa et d'autres...

PARIS/FRANCFORT (Reuters) - Air France a renforcé mardi les capacités de ses deux vols quotidiens Paris-Tokyo, cependant que Lufthansa et d'autres compagnies européennes et asiatiques interrompaient la desserte de la capitale japonaise au profit d'autres aéroports de l'archipel.

La compagnie aérienne française a porté à 944 sièges (contre 871 habituellement) la capacité totale de ses deux vols quotidiens Paris-Tokyo via Séoul, qui seront assurés par deux Boeing 777.

Cette mesure est en vigueur à partir de ce mardi et jusqu'à dimanche. Une porte-parole d'Air France a souligné que la situation était susceptible d'évoluer dans la journée en fonction des informations en provenance du Japon.

La compagnie allemande Lufthansa a de son côté décidé de suspendre la desserte de Tokyo et de détourner ses vols vers Osaka et Nagoya au moins jusqu'à la fin de la semaine.

Air China a également suspendu ses vols vers Tokyo à partir de Pékin et Taiwan. La compagnie taïwanaise EVA Airways a annulé ses vols vers Tokyo et Sapporo jusqu'à la fin du mois.

British Airways, Virgin Atlantic et Finnair ont au contraire maintenu leurs vols vers les deux aéroports de la capitale japonaise, Narita et Haneda.

Ces différentes annonces surviennent alors que l'inquiétude s'accroît autour du risque nucléaire au Japon après le séisme et le tsunami qui ont frappé le nord-est du pays vendredi.

Deux nouvelles explosions survenues mardi à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi ont provoqué une hausse du niveau de radioactivité dans la région.

Bureaux de Londres, Amsterdam, Zurich, Helsinki, Francfort, avec Cyril Altmeyer à Paris, Myriam Rivet pour le service français, édité par Danielle Rouquié

REUTERS