BFMTV

Attaque de Tunis: revivez le déroulement de la journée

Des gens s'échappent du musée Bardo, le 18 mars 2015

Des gens s'échappent du musée Bardo, le 18 mars 2015 - Tunisia 1 - AFP

Une attaque a eu lieu ce mercredi au musée Bardo de Tunis. On déplore 22 morts dont de nombreux touristes. Deux assaillants et un policier auraient été tués.

22 personnes, dont 20 touristes étrangers, ont été tuées mercredi dans une attaque menée par au moins deux hommes armés de kalachnikovs contre le musée du Bardo à Tunis. Le musée est mitoyen du Parlement tunisien où les travaux des commissions parlementaires ont été suspendus après les tirs.

La Tunisie fait face depuis la révolution de janvier 2011 à l'essor d'une mouvance jihadiste armée. 

>> L'ESSENTIEL

Une attaque a eu lieu ce mercredi vers 12h30 au musée Bardo de Tunis, qui jouxte le Parlement.

L'attaque a pris fin en milieu d'après-midi. Deux assaillants et un policier ont été tués.

Tous les otages ont été libérés.

  • Le bilan s'élève à 22 morts dont 20 touristes, selon le Premier ministre tunisien.

>> Ce live est désormais terminé. Pour lire la synthèse de la journée, cliquez ici.

20h36 - Trois Italiens tués et six autres blessés

Aucun élément d'identité n'a été fourni sur les victimes, mais le ministère a précisé que leurs proches avaient été prévenus.

20h17 - Allocution télévisée du président tunisien

Béji Caïd Essebsi s'engage à combattre "sans pitié" le terrorisme.

20h16 - Deux Espagnols sont au nombre des victimes

"Il y a deux personnes de nationalité espagnole qui ont été tuées", a déclaré le ministre des Affaires étrangères espagnol Jose Manuel Garcia-Margallo.

20h04 - Deux Colombiens figurent parmi les victimes

"Nous déplorons la mort de deux Colombiens en Tunisie et nous présentons nos condoléances à leur famille", a indiqué Juan Manuel Santos, le président colombien.

19h33 - Nouveau bilan officiel: 22 morts et 42 blessés

Le ministre de l'Intérieur confirme le nouveau bilan de l'attaque: 22 personnes sont mortes, dont 20 touristes. 42 blessés sont à déplorer. "Il y a 22 morts dont 20 touristes sud-africains, français, polonais et italiens", a indiqué le porte-parole sans préciser le nombre de morts par nationalités.

19h25 - 6 blessés français, dont trois graves

Six Français figurent parmi les blessés. Trois d'entre eux sont dans un état grave, a précisé Laurent Fabius. Le Quai d'Orsay indique être sans nouvelles d'un Français.

19h15 - Laurent Fabius à l'ambassade de Tunisie

Le ministre des Affaires étrangères s'est rendu à l'ambassade de Tunisie à Paris pour y exprimer sa "solidarité à son homologue tunisien, Taïeb Baccouche, en visite à Paris. "C'est une manière d'exprimer la volonté de combattre le terrorisme là où il frappe", a commenté Taïeb Baccouche.

18h45 - Le parquet de Paris ouvre une enquête

Le parquet de Paris a décidé d'ouvrir une enquête en flagrance pour tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste, détention et séquestration en relation avec une entreprise terroriste. L'enquête a été confiée à la DGSI et à la Sous-direction anti-terroriste (Sdat).

18h21 - Les terroristes disposaient de "moyens énormes", selon une députée

Bouchra Belhaj Hmida, députée tunisienne de la majorité a estimé que les terroristes avaient "des moyens financiers énormes". "Comment sont-ils financés? qui les soutient? qui leur donne les moyens d'être aussi forts?", s'est-elle interrogée. Quand à savoir qui était visé, peut-être le président du Parlement, "ce n'est pas clair et l'instruction doit le déterminer", a-t-elle jugé. "Le processus que vit la Tunisie aujourd'hui dérange", a constaté la députée.

"Personne n'a pensé au début que c'était des terroristes", a relaté l'élue sur BFMTV.

17h52 - 22 morts, selon le ministre tunisien Kamel Jendoubi

"Pour l'instant, 22 morts dont 20 touristes étrangers et 2 tunisiens", le bilan avancé par le ministre Kamel Jendoubi sur BFMTV s'alourdit encore. Les touristes seraient d'origine polonaise, allemande, italienne, espagnole, sud-africaine et indienne. "Un membre des forces spéciales tunisiennes est tombé", a confirmé le ministre, ainsi qu"une ouvrière de ménage".

"Il y a 20 blessés", a précisé le ministre. "Il n'y a que deux terroristes qui ont été abattus par les forces de l'ordre, pas de troisième terroriste", a-t-il également assuré selon ses informations.

Quant à savoir qui était visé, le ministre des relations avec les institutions, a estimé sur BFMTV que "le choix était pensé, et double". "Les terroristes ont voulu viser deux fiertés nationales": le Parlement et le musée.

17h48 - Deux ou trois complices recherchés

Le Premier ministre tunisien Habib Essid a indiqué que la police recherchait deux ou trois personnes susceptibles d'avoir été les complices des deux auteurs de l'attaque contre le musée du Bardo de Tunis. "Il y a une possibilité, mais il n'y a pas de certitude, (les deux assaillants tués) pourraient avoir été appuyés par deux ou trois éléments et nous sommes en train de mener de larges opérations de recherches pour identifier ces deux ou trois terroristes qui ont peut-être participé à l'opération", a-t-il déclaré dans un discours diffusé par la télévision nationale.

17h38 - Une marche contre le terrorisme organisée à Tunis

Une marche contre le terrorisme en réaction à l'attaque devrait avoir ieu dès ce soir, sur l'avenue Bourguiba à Tunis.

17h31 - La "profonde tristesse" du FN

Le Front National exprime dans un communiqué "sa profonde tristesse après l'attentat qui vient d'endeuiller le pays et assure le peuple tunisien de toute sa solidarité, ainsi que l'ensemble des pays qui comptent des ressortissants parmi les victimes". 

17h24 - "Le terrorisme n'aura aucun avenir", espère le ministre des Affaires étrangères tusisien

Taieb Baccouche, ministre des Affaires étrangères tunisien, a réagi après l'attaque sanglante de Tunis: "Il ne faut pas penser que cela doit dissuader les amis de la Tunisie qui veulent venir, au contraire", a jugé le ministre. "Il faut que les terroristes comprennent que le terrorisme n'a pas d'avenir", "Il faut vivre, faire ce qu'on doit faire, et le terrorisme n'aura aucun avenir", a encore ajouté Taiedb Baccouche.

17h16 - Il y aurait quatre blessés français

Quatre Français ont été blessés mercredi dans l'attaque contre le musée du Bardo à Tunis, a indiqué une source diplomatique française en marge du déplacement du Premier ministre Manuel Valls à Bruxelles. Le chef du gouvernement français a déclaré, lors d'une conférence de presse avec son homologue belge Charles Michel, qu'il y avait "sans doute" des Français parmi les blessés. Son entourage a ensuite précisé que, selon des informations de source diplomatique, ces blessés français étaient "au nombre de quatre".

17h15 - La Tunisie va tout faire pour empêcher de nouvelles attaques

La Tunisie va tout faire pour empêcher de nouvelles attaques, a déclaré à l'AFP le président Béji Caïd Essebsi. "Les autorités ont pris toutes les mesures pour que de telles choses n'arrivent plus", a-t-il dit après avoir rendu visite aux blessés à l'hôpital Charles Nicolle de Tunis.

7h06 - Laurent Fabius salue la Tunisie, "exemple de paix"

Le ministre de Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré: "l'exemple de paix, de stabilité, de démocratie que porte la Tunisie doit vivre".

16h48 - François Fillon réagit à son tour

L'ancien Premier ministre UMP adresse sa solidarité "à nos amis Tunisiens et à toutes les familles endeuillées".

J’adresse à nos amis Tunisiens et à toutes les familles endeuillées, l’expression de ma solidarité #Tunis
— François Fillon (@FrancoisFillon) 18 Mars 2015

16h27 - Nicolas Sarkozy condamne l'attentat

Dans une série de messages sur Twitter, le président de l'UMP Nicolas Sarkozy "condamne avec la plus grande fermeté l'attentat qui s'est déroulé aujourd'hui".

"Plus que jamais la France et ses alliés doivent combattre sans faiblesse la barbarie terroriste où qu’elle se trouve, parce qu’elle est une menace pour nos pays, et parce qu’elle est l’ennemie de la civilisation", a ajouté le président de l'UMP.

Je condamne avec la plus grande fermeté l’attentat qui s’est déroulé aujourd’hui au musée #Bardo de #Tunis...
— Nicolas Sarkozy (@NicolasSarkozy) 18 Mars 2015

... emblème de la civilisation méditerranéenne, et qui a coûté la vie à plusieurs personnes. #Tunis
— Nicolas Sarkozy (@NicolasSarkozy) 18 Mars 2015

Au nom de l’@UMP, j’adresse à leurs familles et à leurs proches toutes mes condoléances et ma solidarité face au drame qui les touche #Tunis
— Nicolas Sarkozy (@NicolasSarkozy) 18 Mars 2015

16h40 - "La menace terroriste est partout"

Le député Michel Ménard, président socialiste du groupe d'amitié France-Tunisie a réagi sur BFMTV mercredi à l'attaque. "Je ne suis pas étonné car la menace terroriste est partout. Elle était chez nous il y a quelques semaines. La Tunisie est entourée de beaucoup de pays instables notamment la Libye. C'est le seul pays ayant connu le printemps arabe qui a réussi a avancé progressivement vers la démocratie. Evidemment c'est un adversaire à abattre pour les terroristes", a-t-il indiqué. 

>> Voir la vidéo

16h15 - "On a peur qu'ils arrivent d'un coup et qu'ils nous tuent" témoignait cet après-midi une Française sur BFMTV.

Retranchée dans le musée de Tunis, une Française témoignait il y a quelques heures: "On a peur qu'ils arrivent d'un coup et qu'ils nous tuent", "on est tous un peu terrorisés." Alors qu'elle était encore cachée dans le musée du Bardo à Tunis, en compagnie de son guide et d'une quarantaine de Français, Fabienne a décrit à BFMTV une ambiance de stupeur dans le musée du Bardo à Tunis. Chuchotant, cette Française expliquait avoir entendu des déflagrations, des sirènes, et vu des blessés. "

"C'est très impressionnant parce qu'on a peur qu'ils arrivent d'un coup et qu'ils nous tuent", confiait-elle, assise contre un mur, pour ne pas être repérée. Elle est désormais en sécurité.

>> Voir la vidéo

15h55 - Un nouveau bilan fait état de 19 morts dont 17 touristes

Selon le Premier ministre tunisien en conférence de presse, l'attaque a fait 19 morts dont 17 touristes. Il s'agirait de touristes polonais, italiens, allemands et espagnols. Les deux victimes tunisiennes sont un policier et un civil.

Le Premier ministre a indiqué que les assaillants, vêtus selon lui d'uniformes militaires, avaient ouvert le feu sur les touristes alors que ces derniers descendaient de leurs bus puis les avaient pourchassés à l'intérieur. Il n'a pas évoqué de tentative de prise d'otages. Par ailleurs, le ministre de la Santé, Saïd Aïdi, a indiqué à la presse que 38 personnes avaient été blessées, notamment des ressortissants de France, d'Afrique du Sud, de Pologne, d'Italie et du Japon.

Selon la télévision nationale, deux assaillants ont aussi été tués. La même source a indiqué que l'opération de police était terminée et que l'évacuation des touristes du musée était terminée.

15h51 - Le Quai d'Orsay met en place un numéro d'urgence

Le centre de crise du quai d'Orsay a mis en place un numéro d'urgence: 01 43 17 56 46

Attaque #terroriste en #Tunisie: le centre de crise du quai d'Orsay est mobilisé un numéro d'urgence vient d'être mis en place 0143175646
— Romain Nadal (@NadalDiplo) 18 Mars 2015

15h47 - Claude Bartolone évoque une possible victime française

Le président de l'Assemblée Claude Bartolone a évoqué la possibilité d'une victime française dans l'attaque. "Il semblerait que l'on ait déjà plusieurs victimes, dont certainement un de nos compatriotes", a-t-il déclaré à l'ouverture de la séance des questions au gouvernement. Claude Bartolone a "assuré les autorités tunisiennes et le peuple tunisien de la solidarité" des députés français. Le président de l'Assemblée a rappelé qu'il avait à son agenda une rencontre en fin d'après-midi avec le ministre des Affaires étrangères tunisien, Taïeb Baccouche.

15h46 - François Hollande Hollande prend la parole au Louvre

"Chaque fois qu'un crime terroriste est commis où que ce soit, nous sommes tous concernés", a déclaré le chef de l'Etat en visite au musée du Louvre pour dénoncer le saccage des oeuvres d'art par l'Etat islamique.

"Quand il s'agit de vies humaines effroyablement broyées par la machine terroriste, nous avons eu ces événements douloureux en France au mois de janvier, c'est vrai aujourd'hui à Tunis comme cela l'a été à Copenhague, nous sommes tous concernés", a répété François Hollande.

>> Voir la vidéo

15h39 - Sayida Ounissi, députée tunisienne, a vécu l'attaque de l'intérieur

"Leur intention claire était de terroriser". La députée tunisienne Sayida Ounissi était présente au Parlement lors de l'attaque. "Nous étions en train d'auditionner les représentants de l'Etat major de l'armée tunisienne", explique-t-elle. "Nous avons quitté le s lieux au moment ou les premiers coups de feu ont été échangés", précise a députée.

"Nous avons plusieurs versions", raconte-t-elle sur BFMTV. "Selon ce que nous avons entendu des forces de sécurité, les terroristes allaient en direction du Parlement, ils ont été retenus et se sont déployés sur le musée du Bardo", raconte-t-elle. Ce sont des personnes qui mettent en danger la stabilité de la Tunisie", a-t-elle dénoncé. 

15h25 - Les otages auraient été libérés

Toujours d'après Reuters, les forces tunisiennes "ont libéré la totalité des otages du musée", "l'opération de sauvetage est terminée", selon un responsable cité par l'agence de presse.

Un assaut de la police a mis fin à l'attaque par des hommes armés contre le musée du Bardo de Tunis, a annoncé la télévision nationale Wataniya1, assurant que tous les visiteurs avaient été évacués. "Fin de l'opération sécuritaire aux abords de l'Assemblée des représentants du peuple, deux terroristes ont été tués et évacuation de tous les touristes qui étaient retenus", a-t-elle annoncée.

Sur la radio nationale on annonce la fin de l'opération #Bardo #Tunis #Tunisie
— Salsabil Chellali (@SaChellali) 18 Mars 2015

Un militaire de haut rang tué dans l'attaque du #MuseeBardo en Tunisie
— Tahar Hani (@taharhani) 18 Mars 2015

Fin de l'opération de libération des otages du #MuseeBardo selon le porte parole de l'intérieur
— Tahar Hani (@taharhani) 18 Mars 2015

15h20 - Reuters évoque "deux assaillants et un policier tués"

Selon l'agence de presse Reuters qui cite un "responsable gouvernemental", deux assaillants et un policier auraient été tués lors de l'opération de sécurité menée au musée du Bardo à Tunis.

15h17 - Des touristes seraient encore évacués du musée

Une journaliste française sur place poste une photo sur Twitter de touristes évacués "depuis l'entrée des députés".

Des touristes évacués à l'instant, depuis l'entrée des députés pic.twitter.com/urNyFeluXq
— elodie auffray (@elodieauffray) 18 Mars 2015

#Tunisie on voit rentrer des étrangers femmes un enfant ds un bus côté entrée de l'eau assemblée #bardo pic.twitter.com/630UOvDYUo
— Camille Lafrance (@CamilleLafrance) 18 Mars 2015

15h10 - Un témoin évoque la mort de deux assaillants

Selon Nabila, témoin franco-tunisienne sur place, deux assaillants auraient été tués, ainsi qu'un policier. Un troisième terroriste aurait été arrêté.

14h58 - François Hollande a appelé le président tunisien

François Hollande a exprimé la "solidarité de la France" avec la Tunisie lors d'une brève conversation téléphonique avec son homologue tunisien Béji Caïd Essebsi après l'attaque sanglante perpétrée mercredi contre le musée du Bardo à Tunis, a-t-on appris auprès de l'Elysée.

"Le président a parlé à l'instant au président tunisien pour lui témoigner de la solidarité de la France avec lui-même et le peuple tunisien dans ce moment très grave", a-t-on déclaré de même source. François Hollande "a souligné que la France était à ses côtés", a-t-on ajouté.

14h52 - Les députés discutaient de la lutte contre le terrorisme

Alors que l'attaque a eu lieu non loin du Parlement, les députés devaient discuter aujourd'hui de la stratégie de lutte contre le terrorisme.

Des députés expliquent qu'ils étaient ce matin en commission pour discuter de la stratégie de lutte contre le terrorisme
— elodie auffray (@elodieauffray) 18 Mars 2015

14h48 - La tension semble très forte dans le quartier

Le quartier est encore bouclé. Il se pourrait que les assaillants soient toujours à l'intérieur du bâtiment.

Un policier tunisien en civil arrête un véhicule en le menaçant de son arme à proximité du musée.

Un policier tunisien en civil arrête un véhicule en le menaçant de son arme à proximité du musée.
Un policier tunisien en civil arrête un véhicule en le menaçant de son arme à proximité du musée. © Fethi Belaid - AFP

14h43 - Une franco-tunisienne témoigne sur BFM

Nabila, une témoin franco-tunisienne, raconte en direct sur BFMTV ce qu'elle voit devant le musée. "Ils ont attrapé une personne, il y a une émeute, ils sont en train de courir vers la personne qu'ils ont attrapée", décrit-elle.

14h41 - Manuel Valls "condamne" l'attaque

Le Premier ministre français Manuel Valls a condamné "avec la plus grande fermeté" l'attaque contre le musée du Bardo, parlant d'une "prise d'otages" en cours. "Il y a une prise d'otages, sans aucun doute des touristes touchés, tués", a indiqué M. Valls lors d'une conférence de presse à Bruxelles, ajoutant que cette "attaque terroriste (...) illustre cruellement les menaces auxquelles nous sommes tous confrontés en Europe, en Méditerranée, dans le monde".

"La France et la Tunisie agissent ensemble pour lutter contre le terrorisme", a-t-il ajouté.

14h30 - Les lieux de l'attaque

Le musée du Bardo, où huit personnes au moins ont été tuées mercredi dans une attaque, abrite une exceptionnelle collection de mosaïques dans un bâtiment mitoyen du Parlement à Tunis. La richesse de ses collections, qui couvrent la Préhistoire et les époques phénicienne, punique, numide, romaine, chrétienne et arabo-islamique, est unique. 

(Google Map - MapBox - Montage BFMTV)

14h29 - Frédéric Mitterrand intervient sur BFMTV

"On a immédiatement un soupçon qu'il y a un lien avec ce qu'il y a à l'intérieur du musée", a déclaré l'ancien ministre de la Culture français sur BFMTV.

14h20- Le président tunisien va prendre la parole

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, va s'adresser aux Tunisiens, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la présidence, Moez Sinaoui. Le Premier ministre Habib Essid s'est de son côté réuni avec les ministres de l'Intérieur et de la Défense. 

14h04 - Fabienne, réfugiée dans le bâtiment, témoigne

Cette Française a vécu l'attaque de l'intérieur, selon ses dires, il y aurait des blessés près d'elle, "au vu des tirs cela l'étonnerait qu'il n'y ait pas de morts", ajoute-t-elle. "On entend des tas de sirènes, (...) On est tous un peu terrorisés", raconte Fabienne. "C'est très impressionnant parce qu'on a peur qu'ils arrivent d'un coup et qu'ils nous tuent", chuchote-t-elle.

"On est assis contre les murs, je suis avec mon conjoint, un autre couple et un enfant", raconte encore la témoin française. 

14h02 - Mohamed Haddad, journaliste tunisien, décrit la situation sur BFMTV

D'après des témoignages, "les assaillants seraient entrés par l'arrière-cour du Parlement", la "Porte des Lions", en tenue militaire. C'est là qu'aurait eu lieu l'attaque. Les assaillants auraient "tiré à bout portant sur les touristes", explique le journaliste.

"La menace terroriste est une menace réelle en ce moment", explique Mohamed Haddad. "Dans les villes on a été relativement épargnés jusqu'à présent mais les attaques étaient nombreuses sur les frontières, notamment la frontière tuniso-algérienne", analyse le journaliste. "Le nombre de victimes des forces armées se compte en dizaines depuis 3 ans", "jusqu'à présent les symboles avaient été épargnés", explique-t-il. 

"J'ai vu des dizaines de touristes évacués tête baissée", raconte le journaliste sur notre antenne, "les ambulances se succèdent".

14h - Sur place, une journaliste française poste des photos

Nombreux badauds et nombreux renforts sur place au Bardo pic.twitter.com/3prbn0RKij
— elodie auffray (@elodieauffray) 18 Mars 2015

13h45 - Le porte-parole du ministère de l'Intérieur prend la parole

"Une attaque terroriste (a visé) le musée du Bardo", a affirmé le porte-parole du ministère Mohamed Ali Aroui sur la radio Mosaïque FM, en évoquant "deux éléments terroristes ou plus, armés de Kalachnikov". 

"Il y a huit victimes", a indiqué à la presse le porte-parole du ministère, en précisant qu'il s'agissait de "sept étrangers" et d'un Tunisien. Selon le porte-parole, une centaine de touristes se trouvaient dans le musée lorsque l'attaque s'est produite et "la majorité des touristes ont été évacués". Il n'a pas confirmé s'il s'agissait d'une prise d'otages comme plusieurs médias l'ont évoqué. Mais "il y a des informations selon lesquelles il y a encore des touristes" à l'intérieur, a-t-il ajouté.

"Les unités anti-terroristes sont entrées dans le musée", a-t-il affirmé, en précisant que le quartier était bouclé.

A. D.