BFMTV

Nigeria: la communauté internationale se mobilise (enfin)

Manifestation de soutien aux jeunes filles enlevées, mardi à Abuja, la capitale nigériane.

Manifestation de soutien aux jeunes filles enlevées, mardi à Abuja, la capitale nigériane. - -

Après une nouvelle vague d'enlèvements d'adolescentes dimanche soir, Washington, Paris et Londres ont proposé au Nigeria leur aide pour retrouver les jeunes filles.

Une "situation révoltante" qui "brise le coeur" de Barack Obama. Le président américain a réagi avec colère et tristesse, mardi, après une nouvelle vague d'enlèvements de jeunes filles au Nigeria. Deux sentiments qui parcouraient aussi les rangs des manifestants à Abuja, la capitale nigeriane, qui réclamaient leur libération à grands cris.

Ce nouveau rapt est intervenu dimanche soir dans deux villages de l'Etat du Borno, au Nord-Est du Nigeria. C'est dans même cette région que 276 lycéennes ont été enlevées le 14 avril dernier. Un rapt revendiqué par la secte islamiste Boko Haram, dont le chef a, dans une vidéo, clamé son intention de vendre ces jeunes filles comme "esclaves".

Obama veut "mobiliser la communauté internationale"

Cette déclaration, puis la nouvelle du nouveau rapt dimanche, a suscité de nombreuses réactions au sein de la communauté internationale. Al-Azhar, la plus haute autorité religieuse de l'Islam sunnite, a appelé Boko Haram à relâcher les lycéennes. Dans un communiqué publié au Caire, Al-Azhar a souligné que faire du mal à ces jeunes filles était "totalement contraire aux enseignements de l'Islam", alors que le chef de Boko Haram a revendiqué ce rapt "au nom d'Allah".

L'émotion était également vive à Washington, où des députés américains se sont réunis mardi devant le Capitole pour prier et observer une minute de silence pour les jeunes filles enlevées. Barack Obama est également intervenu: "cet événement va peut-être permettre de mobiliser la communauté internationale pour enfin faire quelque chose contre cette organisation à l'origine d'un délit aussi terrible", a-t-il déclaré.

La France apporte son soutien au Nigeria

Avec l'accord du président nigérian Goodluck Jonathan, les Etats-Unis ont envoyé une équipe d'experts au Nigeria afin de "savoir où sont ces jeunes filles et leur venir en aide", a indiqué mardi Barack Obama. Ce mercredi, son homologue français François Hollande a lui-même assurée en Conseil des ministres que la France ferait "tout pour aider le Nigeria" à retrouver les jeunes filles toujours portées disparues et à "pourchasser" Boko Haram.

De même, le chef de la diplomatie britannique William Hague a promis que Londres apporterait une "aide concrète" au Nigeria dans cette affaire. L'ONU a pour sa part souligné que vendre des adolescentes s'apparentait à un crime contre l'Humanité.

M. T. avec AFP et Benjamin Dubois