BFMTV

Le Mali sous pression après de nouvelles attaques dans le Nord

Une attaque sanglante s'est produite samedi à Tombouctou, où quatre jihadistes, à bord d'une voiture piégée, ont attaqué un camp de l'armée malienne.

Une attaque sanglante s'est produite samedi à Tombouctou, où quatre jihadistes, à bord d'une voiture piégée, ont attaqué un camp de l'armée malienne. - -

Le Mali était dimanche sous forte pression sécuritaire après deux attaques et une tentative avortée d'attentat suicide dans le Nord, où deux civils ont été tués en trois jours,

C'est le signe du retour de jihadistes chassés des grandes villes de la région au début de l'année: deux attaques et une tentative avortée d'attentat suicide se sont produites dans le Nord ce week end.

L'attaque la plus sanglante de ces trois derniers jours s'est produite samedi à Tombouctou (nord-ouest), ville inscrite au patrimoine mondial de l'humanité, où quatre jihadistes, à bord d'une voiture piégée, ont attaqué un camp de l'armée malienne.

Le bilan est de deux civils tués, en plus des quatre kamikazes eux-mêmes, et six soldats maliens blessés, dont les jours n'étaient pas en danger, selon des sources officielles maliennes.

Attaque à la grenade

Une nouvelle explosion a secoué dimanche une autre ville du Nord, Kidal, chef-lieu de la région du même nom à près de 630 km au nord-est de Tombouctou. Un kamikaze s'y est tué accidentellement, sans faire de blessés, dans la manipulation de la ceinture d'explosifs qu'il enfilait en vue d'aller commettre un attentat, ont indiqué un responsable au gouvernorat de la ville et une source militaire africaine joints sur place.

Deux jours auparavant, Kidal avait été le théâtre d'une attaque à la grenade contre des militaires maliens qui sécurisaient une banque. Deux soldats ont été légèrement blessés. Les assaillants, dont l'identité n'est pas connue, ont pris la fuite.

Jusqu'à dimanche après-midi, aucune de ces actions violentes n'avait été revendiquée.

Ces attaques et tentative d'attaque se sont produits en l'absence du pays du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, qui a participé cette semaine à New York à l'Assemblée générale des Nations unies et est arrivé dimanche à Paris pour une visite de quelques jours en France.

Dimanche, le ministre malien de la Sécurité intérieure, le général Sada Samaké, s'est rendu à Tombouctou pour "réaffirmer que le gouvernement malien sera ferme face au terrorisme".

M.R. avec AFP