BFMTV

Libye: Ali Zeidan, l'ex-Premier ministre, dénonce un vote "falsifié"

Ali Zeidan a été évincé de son poste de Premier ministre en Libye.

Ali Zeidan a été évincé de son poste de Premier ministre en Libye. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

D'après Ali Zeidan, seuls 113 députés ont voté pour son limogeage, la majorité étant fixée à 120 votes. Il dénonce une "manœuvre".

L'ex-Premier ministre libyen Ali Zeidan a dénoncé jeudi soir la "falsification" d'un vote de défiance mardi au Parlement, ayant conduit à son limogeage, et rejeté les accusations de corruption, dans une déclaration à France24.

"La décision du Congrès est illégale (...). Il y a eu une falsification et une manoeuvre", a déclaré Ali Zeidan au téléphone, expliquant que seulement 113 députés ont voté en faveur de son limogeage, bien en deçà des 120 voix nécessaires pour lui retirer la confiance.

Le Congrès général national (CGN, Parlement), la plus haute autorité politique et législative du pays avait annoncé mardi le limogeage d'Ali Zeidan avec 124 voix. L'ex-Premier ministre a accusé deux blocs politiques d'être derrière son éviction lors de cet énième vote de défiance: le Parti pour la Justice et la construction, issu des Frères musulman, et le bloc Wafa, plus radical.

Ali Zeidan nie toute implication dans des affaires de corruption

Il a rejeté par ailleurs des accusations de corruption, affirmant qu'il n'avait pas fui le pays et qu'il l'avait quitté bien avant le vote au Congrès.

"Je n'ai pas besoin de me défendre (...) Je défie quiconque de prouver toute trace de corruption dans le parcours de mon gouvernement", a-t-il lancé dans sa première réaction depuis son limogeage. L'ex-premier ministre n'a pas précisé dans quel pays il séjournait actuellement, mais il serait en Allemagne où réside sa famille.

Ali Zeidan a ajouté qu'il retournerait en Libye, mais sans fixer de date. "Je retournerai en Libye, mais je ne reviendrai pas au gouvernement dans cette situation, avec ce Congrès effiloché devenu la risée du monde", a-t-il dit.

A. D. avec AFP